Tour de France 2014

11 juillet 2014 16:24; Act: 11.07.2014 16:26 Print

Le Tour ne fait pas le bonheur de tout le monde

par Jean-Philippe Pressl-Wenger, Nancy - L’immense organisation de la Grande Boucle amène des retombées d’image aux villes-étapes, mais les commerçants ne sont, eux, pas tous logés à la même enseigne.

storybild

Le peloton amène toujours beaucoup de public aux abords des routes du Tour de France. (Photo: Keystone/kim Ludbrook)

Sur ce sujet
Une faute?

Les milliers de spectateurs et de badauds qui se pressent aux départs et aux arrivées des différentes étapes constituent également une réserve de clients potentiels. Si les commerces qui se trouvent dans l’environnement proche des arrivées profitent logiquement de la foule, ceux moins bien placés n’en profitent logiquement pas. Pire, ils peuvent même en souffrir.

L’exemple de Nancy, où la 7e étape est arrivée vendredi, représente un exemple parfait de ce déséquilibre. «Comme on est en période de vacances scolaires, chaque client représente un plus pour nous, s’est réjoui un employé du café situé dans le prolongement de la ligne d’arrivée lorraine. Mais je sais que dans certains autres quartiers, ça ne fonctionne pas aussi bien.» C’est peu dire. Aux abords de la magnifique place Stanislas, les terrasses de la rue des Maréchaux restent presque vide à l’heure du dîner. «Le problème, c’est que les rues qui amènent les voitures jusqu’au parkings avoisinants sont fermées pour le Tour, a regretté cette responsable d’un crêperie. Les gens sont en vacances et en plus, ceux qui pourraient nous rendre visite grâce au Tour ne viennent pas.»

Aucune influence

Pour d’autres, comme le tabac du coin, proche de la bibliothèque universitaire, le Tour de France ne change rien à son chiffre d’affaires. «Vous savez, il y a des milliers d’étudiants qui passent chez nous toute l’année scolaire, a souri le co-gérant. Alors quelques personnes de plus sur un jour, ça n’a pas une grande influence.»

L’exemple de la ville de Nancy ne s’applique évidemment pas aux autres localités. D’ailleurs l’arrivée de samedi dans la station vosgienne de Gérardmer offrira probablement un paysage bien différent. Et pas uniquement concernant les retombées pour les commerçants locaux.