Dopage

05 mai 2012 16:05; Act: 05.05.2012 16:12 Print

Le dopage aurait été toléré chez Rabobank

Le quotidien néerlandais «De Volkskrant» affirme que «le dopage fut toléré au sein de Rabobank de 1996 jusqu'en 2007», année de l'exclusion du Tour de France de Michael Rasmussen.

storybild

L'équipe néerlandaise aurait toléré le dopage pendant plusieurs années. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le journal dit s'appuyer sur des dizaines de témoignages recueillis auprès d'anciens coureurs, médecins et autres employés de la formation néerlandaise, ajoutant même que le dopage était «dans certains cas organisé par le staff médical».

Theo de Rooij, manager général de l'équipe entre 2003 et 2007, dément tout dopage organisé mais reconnaît dans le journal que certains coureurs ont pu y recourir. «Si cela a été le cas, il s'agissait alors d'une décision délibérée du staff médical», explique De Rooij au «Volkskrant» ajoutant que l'équipe «n'a jamais pris de risques déraisonnables» avec la santé des coureurs.

«De Volkskrant» a également interrogé Stefan Matschiner, ancien agent du coureur autrichien Bernhard Kohl (convaincu de dopage à la l'EPO Cera en 2008) et qualifié de «figure centrale d'un réseau de dopage en Autriche». D'après lui, deux cyclistes néerlandais, notamment Michael Boogerd, ont eu recours au dopage par le biais de transfusions sanguines durant cette période.

Des cyclistes ayant couru pour Rabobank ont été rattrapés par des affaires de dopage ou fait l'objet de soupçons par le passé. En 2007, le Danois Michael Rasmussen, alors maillot jaune sur le Tour de France, avait été mis hors course par sa propre équipe en raison de fortes présomptions de dopage.

En 2009, le Néerlandais Thomas Dekker avait été contrôlé positif à l'EPO, à la suite d'analyses d'un échantillon datant de décembre 2007. En 2008, Michael Boogerd avait déjà été accusé par des médias d'avoir eu recours à des transfusions sanguines, à l'instar de son équipier russe Denis Menchov. Les deux hommes ont toujours démenti.

Samedi, le sponsor principal de l'équipe, la banque Rabobank, a réagi en soulignant que «depuis 2007 une nouvelle structure et une nouvelle direction sportives ont été mises en place à la tête de l'équipe qui pratique la tolérance zéro» par rapport au dopage.

(ats)