Tour de France

10 juillet 2014 20:39; Act: 10.07.2014 22:09 Print

Les villes, ennemies de la Grande Boucle

par J.-Ph. Pressl-Wenger, Reims - Ilots et autres ronds-points sont autant de dangers sur le Tour. Il y avait 8 giratoires en fin d’étape, jeudi à Reims!

storybild

Comme ici lors de létape entre York et Sheffield, les obstacles urbains gênent passablement les coureurs. (Photo: Keystone)

Une faute?

Dans le final de la cité champenoise, où l’Allemand André Greipel s’est imposé au sprint, on a compté pas moins de 8 giratoires dans les 5 derniers kilomètres. «Ceux-ci ne sont pas trop méchants, a tempéré l’Australien Mark Renshaw. On peut presque les prendre tout droit. Mais c’est vrai que lorsque ça tourne plus, il faut absolument rester dans les vingt premiers du peloton, sinon, tu es mal», a ajouté le coureur d’Omega Pharma ­Quick Step, qui a l’habitude d’emmener son sprinter, Mark Cavendish, dans les derniers kilomètres. En l’absence du Britannique, blessé, c’est le Polonais Michal Kwiatkowski qui a tenté sa chance à Reims.

Sur les routes du Tour de France, ces obstacles urbains sont signalés aux coureurs par un drapeau jaune. Cela n’empêche toutefois pas les chutes. Lorsque la chaussée est un peu sale ou humide (parfois les deux), l’adhérence diminue. De plus, lorsque les coureurs passent un rond-point, ils se penchent naturellement pour prendre le virage. Il suffit que la route soit légèrement en dévers et la roue avant a vite fait de se faire la malle et de précipiter la chute du malheureux cycliste. «On fait toujours très attention, a poursuivi Renshaw. Mais on a l’habitude, c’est comme ça partout en Europe. J’imagine que c’est leur moyen de lutter pour la sécurité routière», a-t-il souri.

Certaines villes ont consenti un effort substantiel pour pouvoir organiser une arrivée du Tour. C’est notamment le cas de Nancy, qui accueille la Grande Boucle aujourd’hui. La ville lorraine a investi l’équivalent de 300 000 fr. pour détruire une partie de ses îlots et de ses ralentisseurs. Qu’elle reconstruira après le passage des coureurs.