Tour de France

26 juillet 2014 15:44; Act: 26.07.2014 15:44 Print

Martin Elmiger n'a pas été désigné par le jury

par Jean-Philippe Pressl-Wenger, Périgueux - Le prix du super combatif a été décerné à l'Italien Alessandro De Marchi. Elmiger a sans doute payé le fait de s'être brouillé avec certains coureurs français.

storybild

Dans l'étape vers Nìmes, Martin Elmiger avait passé plus de 200 km en tête en compagnie du Néo-Zélandais Jack Bauer, avant de se faire avaler par le peloton dans la dernière ligne droite. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Ce serait bien que ce prix sot une fois remporté par un coureur qui ne soit pas un grimpeur.» Martin Elmiger avait presque anticipé la désignation du grimpeur de la Cannondale Alessandro De Marchi. S'il l'avait remporté, le Zougois avait prévu de partager les 20'000 euros avec l'intégralité de l'équipe.

Le coureur de IAM Cycling a beau avoir été celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête de course, il n'a pas trouvé grâce aux yeux du jury. La raison invoquée fait état de la nature peu variée des terrains sur lesquels il a conduit ses échappées. La véritable raison est probablement à chercher ailleurs.

Durant plusieurs de ces raids, Elmiger s'est retrouvé à l'avant avec des coureurs français qui, selon lui, n'ont pas joué le jeu. Du coup, certaines tensions sont nées entre les fuyards, dont l'apogée s'est matérialisée par un communiqué de l'équipe Bretagne Séché dans le quel le Français Arnaud Gérard a ironiquement fustigé l'attitude «de bourrin» de l'Alémanique.

«Quand on est devant, si on veut avancer on doit tous donner sa part, a expliqué le champion de Suisse. Par deux fois, ils m'ont dit qu'il ne fallait pas rouler si vite, a-t-il relaté. Mais c'est le Tour de France, hein. Si tu ne peux pas avancer, tu restes dans le peloton.»