Champions League

13 mai 2015 19:52; Act: 13.05.2015 23:38 Print

La Juventus arrache le nul et se qualifie pour la finale

La Juventus a acquis de haute lutte le droit de défier Barcelone en finale de la Ligue des champions à Berlin. Elle s'est qualifiée en obtenant le nul 1-1 à Madrid contre le Real, qui perd ainsi son titre.

storybild

Morata a marqué le but de la qualification pour la Juventus. (Photo: Keystone/AP/Andres Kudacki)

Sur ce sujet
Une faute?

Les Italiens avaient gagné 2-1 chez eux à l'aller. Ils ont parfaitement su gérer le retour, en allant inscrire le but nécessaire à l'extérieur. La Juve a surtout sur museler autant que possible l'attaque adverse, et notamment Cristiano Ronaldo, qui a moins pesé sur le match que d'habitude.

Un penalty, un brin sévère (léger contact entre Chiellini et James Rodriguez), avait permis au Ballon d'or portugais d'ouvrir le score à la 23e. Morata, l'ancien de la maison blanche, égalisait à la 57e, profitant d'un ballon mal négocié par la défense espagnole. Cette réussite s'avérait décisive.

Ce sera la 8e finale de la Juventus, qui en a gagné deux, mais sa première depuis 2003. Sur le papier, les Italiens n'étaient pas favoris. Mais la réalité du terrain a été différente.

Benzema en vue

La rentrée de Benzema, ainsi que le repositionnement de Ramos à sa place naturelle en défense centrale, ont certes amélioré l'équilibre de l'équipe madrilène, disposée en 4-3-3. Le Real a d'emblée fait le jeu, mettant beaucoup de pression. Benzema, qui n'avait plus joué depuis le 14 avril, a été immédiatement dans le coup, combinant le plus souvent avec Ronaldo.

Mais la Juventus, comme l'avait promis Massimiliano Allegri, refusait de seulement défendre. A la moindre opportunité, les Italiens se lançaient à l'attaque, ce qui contribuait à faire de cette rencontre un affrontement très spectaculaire.

Les meilleures occasions appartenaient cependant au tenant du titre. Benzema ne cadrait pas après avoir mystifié Lichtsteiner (6e). Puis, Buffon démontrait qu'il reste l'un des meilleurs gardiens du monde, en sortant une frappe de Bale (20e) puis en stoppant une tête de Benzema (30e) avant un tir du Français (41e). La Juve se créait une opportunité sur un tir de Vidal que Casillas déviait bien (14e). Sinon, elle lançait quelques approches intéressantes, mais ne parvenait pas à créer véritablement le danger, la dernière passe manquant de précision.

A bout portant

Les visiteurs étaient récompensés de leurs efforts peu avant l'heure de jeu, après un coup franc. Morata pouvait battre Casillas à bout portant après une remise de la tête de Pogba.

Ce but changeait la donne, le Real devant alors absolument marquer à nouveau et repartir de l'avant. La Juventus se repliait, mais restait prête à frapper en contre. Une reprise de Bale frôlait le poteau (63e). Fatigué, Benzema était remplacé par Hernandez (67e). Casillas sauvait son équipe à la 70e, détournant un essai de Marchisio. Puis Bale manquait encore le cadre sur une tête après un centre de Ronaldo (72e).

Le dernier quart d'heure se résumait à un attaque-défense. Allegri sortait Pirlo pour faire entrer Barzagli, un troisième défenseur central. La meilleure occasion de cette phase finale revenait à Pogba, qui se brisait sur Casillas (89e).

Stephan Lichtsteiner, auteur d'un match solide, devient le cinquième Suisse à figurer dans l'effectif d'un club finaliste. Mais seul Stéphane Chapuisat (Borussia Dortmund 1997) a effectivement joué la finale. Tant Ciriaco Sforza (Bayern Munich 2001), Philippe Senderos (Arsenal 2006) que Xherdan Shaqiri (Bayern Munich 2013) n'avaient pas quitté le banc des remplaçants.

(ats/afp)