Football sur la RTS

01 octobre 2014 08:58; Act: 01.10.2014 12:16 Print

Dur, dur, le métier de commentateur

Les journalistes peinent parfois à nommer les stars présentes dans les gradins. Stéphane Rinaldi, de la RTS, en a fait l'expérience avec Jay Z mardi soir. Il réagit avec humour.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La présence de Beyoncé aux côtés de Jay Z a fait le bonheur de la presse people mardi soir lors de la rencontre de Champions League entre le Paris Saint-Germain et Barcelone. Le réalisateur du match l'a bien compris et n'a pas manqué de s'attarder plusieurs fois sur le célèbre couple, qui a tout réussi dans la musique hip-hop et R&B. Le souci pour le commentateur de la Radio Télévision suisse (RTS), c'est qu'il a eu toutes les peines du monde à prononcer le nom de l'actionnaire de la franchise NBA des Brooklyn Nets.

Avec l'accent, «Ji-zed» a remplacé l'habituelle prononciation du nom de Jay Z («Djay-zi») dans la bouche de Stéphane Rinaldi, qui officiait pour la chaîne romande. La séquence fait le bonheur des internautes, qui en rigolent amicalement sur les réseaux sociaux. «Je n'écoute pas de rap, je ne connaissais pas Jay Z. Je suis un vieux de la vieille, j'écoute Bruce Springsteen», a réagi, avec humour, Stéphane Rinaldi.

Le journaliste avait lu dans «L'Equipe» que le rappeur et son épouse seraient présents au stade. Quand ils ont été filmés, c'est donc tout naturellement qu'il a voulu les présenter aux téléspectateurs et les a bien fait rire par la même occasion.

Après le match, Stéphane Rinaldi a reçu un message d'un attaché de presse de la RTS lui disant qu'il faisait le buzz grâce à Jay Z. «Je n'ai pas compris. Ce n'est que ce matin, quand la réceptionniste m'a appris la véritable prononciation du nom du rappeur, que j'ai réalisé mon erreur. Les téléspectateurs ont dû se dire que les journalistes sportifs de la RTS écoutent uniquement Alain Morisod», a-t-il plaisanté.

A l'heure où le sport se mondialise toujours un peu plus, il devient de plus en plus compliqué de connaître tous les détails sur et autour du terrain pour les envoyés spéciaux. L'ancien journaliste d'Eurosport a tout notre soutien pour sa bourde... finalement plutôt sympathique.

(lmo/jfa)