Servette FC

16 mai 2012 13:10; Act: 16.05.2012 13:22 Print

Du flou autour des subventions publiques

L'audit de la Cour des comptes genevoises montre un flou autour de l'utilisation des subventions publiques par les anciens dirigeants du club.

Sur ce sujet
Une faute?

Un audit intermédiaire de la Cour des comptes révèle une grande confusion dans la gestion des subventions publiques attribuées au Servette FC du temps de l'ancienne équipe dirigeante. Une partie des 520'000 francs destinés à la relève aurait été utilisée à d'autres fins.

Le Conseiller administratif de la Ville de Genève Sami Kanaan et le Conseiller d'Etat Charles Beer avaient demandé cet audit en décembre dernier, faute d'avoir pu entrer en contact avec le président d'alors, Majid Pishyar. «Nous étions inquiets lorsque nous avions appris que même les entraîneurs des juniors n'étaient plus payés», explique mercredi à l'ats Sami Kanaan, confirmant une information de la RTS.

Comptabilité très approximative

La subvention publique de 520'000 francs devait, en effet, être consacrée exclusivement au centre de formation du club genevois. «Nous sentions bien que la comptabilité de l'ancienne équipe était chaotique et pour le moins approximative. Cette confusion nous avait motivés à demander un audit pour protéger cet argent public», poursuit Sami Kanaan.

Pour le Conseiller administratif, «Les flux entre l'association du Servette, que nous subventionnons, et la société anonyme n'étaient clairement pas étanches». Une partie de la subvention aurait ainsi été utilisée pour la société anonyme, qui était alors menacée de faillite. Le rapport final de la Cour des comptes pourrait être communiqué en fin de semaine prochaine.

Une fois les conclusions connues, l'association du Servette, qui gère la relève, devra prendre position. «Nous sommes actuellement concentrés sur l'obtention de la licence pour la saison prochaine et non sur ce dossier. C'est donc trop tôt pour nous prononcer et aussi pour parler de ce que risque le club suite à cet audit», précise le directeur administratif des Grenat, Philippe Kneubühler.

(ats)