Tennis - ATP

27 mars 2014 06:02; Act: 27.03.2014 10:19 Print

Federer se fait surprendre par Nishikori

Le Bâlois s'est arrêté mercredi en quarts de finale du Masters 1000 de Miami, où il a plié face à la jeunesse et à l'endurance du Japonais Kei Nishikori.

storybild

Le Japonais a privé le Bâlois d'un énième duel face à Novak Djokovic, en demi-finale. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

A l'image de son début de tournoi, où il n'avait pas concédé le moindre set et perdu seulement 16 jeux, Roger Federer a dominé son quart de finale du Masters 1000 de Miami pendant un set et demi.

Après avoir pris le service du Japonais Kei Nishikori dans le 2e set, il semblait même se diriger vers un succès facile et des retrouvailles avec Novak Djokovic, qui l'avait battu en finale à Indian Wells dix jours plus tôt.

Mais le Suisse de 32 ans a connu un passage à vide et ne s'en est jamais remis, pendant que son adversaire, de huit ans son cadet, enchaînait les coups droits gagnants.

«J'ai gaspillé mes chances, je m'en veux un peu. Mais j'ai eu des problèmes avec mon service pendant tout le match. C'est peut-être dû au refroidissement des températures ou au fait de jouer de nuit, ce que je n'ai pas fait beaucoup cette saison», a estimé Federer.

Le 5e joueur mondial s'est incliné au terme d'un match de 2h08 sur le score de 3-6, 7-5, 6-4. Symbole de son étiolement, Federer a perdu la rencontre sur une dernière faute directe sur son revers, la 21e de la soirée. «C'est frustrant, mais Kei a livré un match solide, il ne m'a pas laissé de répit», a-t-il reconnu.

«Hâte» de retrouver la terre battue

Cette élimination en quarts de finale est le plus mauvais résultat de l'année pour l'ancien No 1 mondial, qui s'est hissé en demi-finale de l'Open d'Australie, a remporté le tournoi de Dubaï et a atteint, mi-mars, la finale du Masters 1000 d'Indian Wells.

«Si je fais mon bilan depuis le début de l'année, je suis content de ma façon de jouer. J'ai hâte de retrouver la terre battue après cette longue période sur dur», a reconnu le Bâlois, qui s'est bien relancé après une année 2013 gâchée par une blessure au dos.

«Djoko» solide face à Murray

En demi-finale, Nishikori, 21e mondial et que Federer voit «rapidement dans le top 10», affrontera donc Djokovic. Le Serbe a dominé le tenant du titre, le Britannique Andy Murray, 7-5, 6-3 en 1h29 de jeu. Pour leur premier duel depuis la finale de Wimbledon 2013 remportée par Murray, «Djoko» n'a jamais été mis en difficulté.

La rencontre a été marquée par une petite controverse à un moment crucial du premier set: lors du premier point du douzième jeu, alors que les deux joueurs étaient encore dos à dos (5-5), Djokovic a conclu le point en passant sa raquette au-dessus du filet.

A la stupéfaction de Murray, et en violation du règlement, le point a été validé. Le Britannique a perdu dans l'aventure à la fois sa concentration, le jeu et le set au jeu suivant. «Je croyais qu'il était permis de franchir le filet sans le toucher et que j'avais donc remporté le point», a avoué le Serbe de 26 ans.

Agacé sur le coup, ainsi qu'au moment de serrer la main de son adversaire, Murray a ensuite reconnu de bonne grâce la supériorité de Djokovic. Le Britannique, de retour d'une opération au dos, est satisfait de sa tournée américaine: «Je me rapproche de mon meilleur tennis.»

Réédition de la finale de l'Open d'Australie

Dans le tournoi féminin, la seconde demi-finale sera une réédition de la finale de l'Open d'Australie 2014 et d'un quart de finale d'Indian Wells, remportés à chaque fois par Li Na face à Dominika Cibulkova.

La Chinoise, tête de série No 2, a battu la Danoise Caroline Wozniacki 7-5, 7-5, tandis que la Slovaque a repoussé trois balles de match pour battre finalement la Polonaise Agnieszka Radwanska 3-6, 7-6 (7/5), 6-3.

La seconde demi-finale féminine, qui opposera Maria Sharapova à Serena Williams, a quant à elle des allures de finale avant l'heure. C'était d'ailleurs l'affiche de la finale de l'édition 2013.

La No 1 mondiale, sextuple championne de Miami, part jeudi avec l'énorme avantage psychologique de ne plus avoir perdu depuis 2004 contre la Russe.

(afp)