Fifa/ corruption

19 juin 2015 20:58; Act: 19.06.2015 21:15 Print

Blatter fait volte-face et prône la démocratie

Joseph Blatter prépare-t-il son come-back? Celui-ci est revenu sur ses opinions exprimées voici deux semaines, en militant pour un élargissement du comité exécutif.

storybild

En annonçant sa démission, Blatter pourrait-il avoir fait baisser la pression autour de lui, se laissant le temps de préparer des réformes ?

Sur ce sujet
Une faute?

Joseph Blatter, président démissionnaire de la Fifa, a milité vendredi pour un élargissement du comité exécutif, alors qu'il préconisait l'inverse pour le gouvernement du foot mondial il y a deux semaines: que prépare-t-il alors que certains pensent toujours qu'il pourrait se représenter ?

Le 29 mai, Blatter, 79 ans, président depuis 17 ans, était réélu pour un cinquième mandat à la tête de la Fifa, en dépit d'un scandale planétaire sur fond de corruption frappant son instance. Quatre jours plus tard, le 2 juin, il démissionnait, restant toutefois en poste le temps d'organiser de nouvelles élections fin 2015 ou début 2016.

Le 5 juin, dans son billet de l'hebdomadaire de la Fifa, le Suisse écrivait à propos du comité exécutif de la Fifa: «La taille du comité exécutif doit être réduite et ses membres devraient être élus par le Congrès». Deux semaines plus tard, ce vendredi, changement de cap dans le même support: «il ne faut pas redistribuer les places au sein du comité exécutif, mais plutôt procéder à un élargissement adapté de cet organe».

Ce revirement laisse «plus que perplexes» certains décideurs dans les instances, qui réclament désormais un «vrai changement, un nouveau leadership pour retrouver une crédibilité», selon des sources sondées par l'AFP.

Principe démocratique prôné

Ce vendredi, Blatter écrit que «les confédérations doivent être représentées proportionnellement au nombre de leurs fédérations membres», ajoutant que «ce principe démocratique est en contradiction avec la situation actuelle, qui fait que la confédération africaine de football (54 membres) et la confédération asiatique de football (46 membres) n'occupent respectivement que cinq et quatre postes sur les 25 sièges du comité exécutif».

Est-ce une façon de sous-entendre que l'UEFA, c'est à dire la Confédération européenne, a une trop grande représentativité ? L'Europe représente 53 fédérations (Gibraltar, la 54e, n'est pas reconnue par la Fifa) et dispose de 8 sièges au comité exécutif, dont celui de Michel Platini, président de l'UEFA qui avait demandé à Blatter les yeux dans les yeux de démissionner le 28 mai.

En élargissant le comité exécutif, sans toucher aux sièges de l'UEFA, mais en octroyant plus de places aux Africains et Asiatiques, qui sont fidèles à Blatter, l'influence des Européens se réduirait en tout cas dans le pôle de décision.

Le tacle direct de Blatter à l'UEFA vient plus loin, quand il évoque un «examen d'intégrité» des principaux responsables, «sujet qui, par le passé, a été bloqué par nul autre que l'UEFA». «La Fifa n'a pas réussi à mener ses enquêtes d'intégrité centralisées jusqu'ici, comment lui faire confiance ?», rétorque-t-on de source proche du dossier.

Come-back possible

La thèse d'un incroyable come-back de Blatter a déjà été évoquée par la presse anglaise puis la presse suisse, forçant même la semaine dernière Domenico Scala, le «monsieur élections» de la Fifa, président du comité d'audit et de conformité, à réaffirmer l'absolue nécessité d'un changement.

Mais certaines voix évoquent toujours une volte-face possible. «Je ne l'exclus pas. Blatter a déjà montré qu'il n'était pas fidèle à ses déclarations, comme lors de sa candidature en 2011. Il avait alors dit que c'était son dernier mandat. Cette promesse n'a pas été tenue en 2015», a confié le président de la Ligue allemande de football (DFL) Reinhard Rauball à Sport Bild.

En annonçant sa démission, Blatter pourrait-il avoir fait baisser la pression autour de lui, se laissant le temps de préparer des réformes et dire ensuite qu'un certain nombre de fédérations continuaient à le soutenir ? Vendredi, Blatter conclut son billet sans répondre à ces échos: «ce n'est qu'ensemble que nous pourrons faire avancer le processus de réforme. J'en répondrai jusqu'à mon dernier jour en poste.»

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marguerite le 19.06.2015 21:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oust

    Dégage......

  • kiki le 19.06.2015 21:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pfffff

    Il nous fatigue celui là...

  • kevin le 19.06.2015 22:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ....!

    barre toi....

Les derniers commentaires

  • C. Pi le 21.06.2015 01:20 Report dénoncer ce commentaire

    C'est ça le foot du XXIe

    Il n'a toujours pas été accusé de quelque chose ni interrogé par notre procureur général. Même la "soi-disant" justice us n'a rien pu lui reprocher pour le moment. De toutes manières, de tous ceux qui se sont mis en avant pour reprendre la présidence, aucun n'a présenté un dossier valable de la futur marche à suivre. Autant les uns les autres savent qu'ils n'ont pas la carrure pour le devenir. Vous critiquez tous sur le ce que le foot est devenu et que c'est lui le fautif. Mais, vous vous plantez tous devant votre TV pour regarder les matches. Le foot ne serait pas aussi planétaire sans lui.

  • dan val le 20.06.2015 22:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    fifa

    tu as raison. il nous les brise.

  • dan val le 20.06.2015 22:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    blatter

    j'ai honte quand je le vois en titre !

  • dan le 20.06.2015 22:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    blatter

    un tel guignol... via !

  • David le 20.06.2015 16:57 Report dénoncer ce commentaire

    désabusé

    Ce mec est complètement ahurri. Mais rien que pour le pied de nez aux ricains et parce que son successeur sera tout à fait sûrement pas mieux, ça serait drôle de le revoir sur le podium...faut oublier la fifa comme "foot" c'est devenu trop imposant, c'est de la "politique" maintenant