Formule 1

10 mars 2011 14:28; Act: 10.03.2011 14:59 Print

Impossible de prévoir le retour de Kubica

Le pilote Robert Kubica n'est pas encore sur le retour. A cause de l'accident dans lequel il avait été grièvement blessé, le Polonais risque de devoir patienter.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La date du retour dans un baquet de Formule 1 de Robert Kubica, gravement blessé début février lors d'un accident de rallye, est impossible à prévoir, a estimé jeudi le médecin de l'écurie Lotus Renault, Riccardo Ceccarelli. Le Polonais a notamment eu la main et le bras droits presque amputés par un rail de sécurité qui avait transpercé sa voiture.

«Quand reprendra-t-il ? Voilà une question à laquelle personne ne peut répondre pour le moment. Tout ce qu'on sait, c'est que ça sera très long. Il y a deux aspects positifs: le travail des médecins et la réaction physique et psychologique de Robert, qui est vraiment très forte», a commenté le médecin.

«On n'a pas de date à vous donner. On ne peut vraiment pas anticiper ce qui se passera. Je ne parlerai ni de l'année prochaine, ni de la suivante. On fait le job au jour le jour, le mieux possible, et après, on verra. Cela prendra du temps», a poursuivi le Dr Ceccarelli lors d'une conférence de presse.

Grièvement blessé

Robert Kubica s'était gravement blessé lors du rallye Ronde di Andora, le 5 février en Ligurie. Opéré le jour de son accident, de la main droite, puis le vendredi 10 février du pied, de l'épaule et de la partie antérieure de l'humérus droits, il avait subi une troisième intervention le 21 février afin de traiter la partie postérieure de l'humérus droit.

«Tant qu'il n'y pas de complication, et il n'y en a pas pour le moment, il n'y a pas de raison d'envisager une nouvelle opération», a déclaré Riccardo Ceccarelli, ajoutant que le Polonais, qui effectue «de la physiothérapie tous les jours», bougeait déjà «les doigts et le poignet» droits.

«Pour nous qui le connaissons bien, il n'y a pas de surprise. Robert ne nous surprend pas dans sa capacité à réagir vite et bien. En revanche, les médecins de l'hôpital sont étonnés», a commenté le médecin.

(ats)