LNA

07 octobre 2013 17:30; Act: 07.10.2013 19:56 Print

Les frères Antonietti sollicités avant le derby

par Oliver Dufour - L'un évolue à Lausanne, l'autre à Genève. Ils s'affronteront mardi (19h45) à Malley. En attendant, ils ont été très demandés.

storybild

Le Servettien Eliot (à gauche) et le Lausannois Benjamin se défient dans le premier derby de la saison. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«On a eu des rendez-vous un peu avec tout le monde», se marre Benjamin, qui est en fait l’aîné des deux (22 ans). «Et c’est souvent pour répondre aux mêmes questions. Est-ce que nous nous chambrons à table? Allons-nous nous donner des coups mardi? Apparemment les gens veulent vraiment savoir!» Cet exercice peu habituel, l’attaquant du LHC s’y plie volontiers. «C’est plutôt cool», confirme-t-il. Son cadet est du même avis. «Ca a un peu été la course, avec des rendez-vous au lendemain de nos rentrées de matches tardives, concède tout de même Eliot (20 ans), le défenseur «grenat». «Mais ça nous fait plaisir de prendre les questions, on le fait volontiers.»

Pour répondre à la première question, les jeunes Antonietti, nés à Orbe (VD), clament de concert qu’ils ne sont pas du genre à se chercher des poux lors des repas de famille ou en marge d’un match. «Il n’y a pas du tout de rivalité», avance Eliot. «On se parle comme des frères. On s’appelle souvent, on se confie nos problèmes si on en a, mais on ne se chambre pas. Au pire, on se charriera sur des petites erreurs qu’on a commises.» Benjamin confirme. «On s’entend bien. Et on a passé l’âge de se taper dessus», rit le grand frère. «Comme mon frère est déjà passé par Genève-Servette, il me donne parfois des petits conseils», reprend le petit, qui mesure quand même 197cm pour 107kg, alors que son aîné ne mesure «que» 179cm pour 79kg. «La saison dernière, je l’avais prévenu qu’il devait s’occuper des pucks à la fin de l’entraînement, comme il venait d’arriver», précise Benjamin.

«On s'arrêtera avant de se faire mal»

Pour le premier derby lémanique de la saison, le premier en 8 ans, qui opposera mardi leurs deux clubs, les Antonietti s’attendent à un vrai combat. «Ca va être vraiment chaud, avec une grosse ambiance», évalue le «Genevois». «Et je sais que Benjamin s’y attend aussi. Ca sera dur et physique, donc c’est toujours important d’être prêt. Nous risquons de jouer sur nos qualités physiques.» Pour le «Vaudois», la partie s’annonce serrée. «Ils n’ont pas encore mis de grosse claque à un adversaire et de notre côté nous n’avons pas beaucoup encaissé. Genève pense certainement que la clé est dans le défi physique, mais, en même temps, nous serons à domicile et devrons montrer la même chose.»

Pour autant, les deux frères n’ont pas prévu de s’intimider. «S’il doit me checker, il le fera», garantit Benjamin. Peut-être simplement que le fait d’être frères amène un peu de retenue. Des fois on charge en sachant que l'autre aura le souffle coupé durant trois secondes. Mais là on s’arrêtera avant le stade où ça fait mal», souhaite l’aîné. «Le reste du temps, chacun est de toute façon dans son match et on fait abstraction de nos liens.» Premier lâcher de puck à 19h45.