Ski nordique

25 février 2011 14:40; Act: 25.02.2011 14:50 Print

Küttel, Egloff et Grigoli rejoignent Ammann

Andreas Küttel, Pascal Egloff et Marco Grigoli se sont qualifiés pour l'épreuve au petit tremplin de samedi aux Mondiaux d'Oslo, rejoignant Simon Ammann, au repos vendredi.

storybild

Quatre Helvètes dans un concours de premier plan, cela n'est jamais arrivé cet hiver. (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

Küttel est sorti 28e des qualifications avec un saut à 100 m, Egloff 30e (91 m) et Grigoli 34e (88,5 m), les 40e premiers étant admis pour le concours, plus 10 sauteurs pré-qualifiés dont Ammann. Ce dernier a renoncé à s'entraîner pour mieux recharger ses accus, à l'instar d'autres favoris comme Andreas Morgenstern (Aut) ou Severin Freund (All).

La qualification d'un quartette helvétique était inattendue. Egloff par exemple n'a pas été aligné cet hiver en Coupe du monde, et ses premiers entraînements à Oslo n'étaient pas satisfaisants. Mais il a su corriger le tir: «J'ai adopté une position plus basse pour avoir plus de force à l'impulsion. Ce fut le déclic», s'est-il réjoui. Le Saint-Gallois n'a pas froid aux yeux: sa vitesse d'élan (84,8 km/h) est la troisième plus élevée de tous les engagés. Il part donc sur de bonnes bases.

«Se retrouver à quatre pour le concours me réjouit particulièrement», a relevé Marco Grigoli. «Même si, sur un plan personnel, ce ne fut pas optimal.» Ce résultat d'ensemble valide le choix de Swiss-Ski, qui n'allait pas de soi, de présenter un quatuor pour le concours par équipes au petit tremplin agendé dimanche.

En attendant, ces qualifications laissent entrevoir une issue serrée au concours de samedi. Les trois premiers, le Japonais Daiki Ito, le Slovène Robert Kranjec et l'Allemand Michael Uhrmann, ont sauté entre 102 et 102,5 m. Parmi les pré-qualifiés, qui s'alignaient avec un élan réduit, les meilleurs ont été le Polonais Adam Malysz (100,5 m) et l'Autrichien Gregor Schlierenzauer (100 m). Ce dernier, en regain de forme, sera à surveiller de près samedi. «Une dizaine d'athlètes entrent en ligne de compte pour le podium», estime Uhrmann.

(ats)