Mondiaux à Oslo

24 février 2011 14:22; Act: 24.02.2011 14:34 Print

Ammann: «J'ai tout ce qu'il faut pour gagner»

Simon Ammann est en position favorable pour décrocher un deuxième titre mondial après 2007, dès samedi au petit tremplin des Championnats du monde d'Oslo.

storybild

Ammann dispute ses sixièmes Championnats du monde. (Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

«J'ai certainement tout ce qu'il faut pour gagner,» a déclaré Simon Ammann à la veille des qualifications, qui compteront comme entraînement pour lui.

Le Saint-Gallois est apparu devant la presse tendu vers son objectif, sans fausse modestie ni forfanterie. Plus encore que pour l'épreuve au grand tremplin de jeudi prochain, il s'attend à un dénouement serré samedi. Il cite parmi ses principaux rivaux les Autrichiens Thomas Morgenstern et Gregor Schlierenzauer et le Polonais Adam Malysz.

«Mentalité de gagneur»

Ammann, qui dispute ses sixièmes Championnats du monde, compte sur sa capacité à se sublimer dans les grandes occasions pour briller. Il sait qu'il n'a pas pu préparer sa saison comme il l'aurait voulu à cause de ses problèmes de dos l'an passé. «Ce retard d'entraînement se ne rattrape pas», a répété le chef des sauteurs suisses Bernhard Schödler. «Mais Simon, avec sa mentalité de gagneur et son expérience, peut très bien à nouveau tirer son épingle du jeu.»

Ammann, qui a un peu délaissé la musculation, accuse un déficit de puissance. «Mais il compense par sa faculté à utiliser de manière optimale lors de l'impulsion la force dont il dispose, avec un minimum de déperdition», relève son coéquipier Andreas Küttel.

«Je n'affiche certainement pas la même régularité que la saison passée, mais je suis quand même numéro 2 mondial. C'est un bon bilan», relève le champion. Battu sur la Tournée des Quatre Tremplins et d'ores et déjà dépossédé de la Coupe du monde par Morgenstern, le Saint-Gallois se voit offrir deux belles occasions ces prochains jours de retrouver les sommets, dans cette saison 2010-2011 à la hiérarchie plus imprévisible que ces dernières années.

En cas de succès, il deviendrait le premier sauteur à s'être imposé quatre fois à Oslo, où il compte déjà trois victoires en Coupe du monde. Ammann a fêté 7 de ses 19 succès sur le circuit sur les tremplins de Norvège, un pays qu'il aime ! Se retrouver à Oslo, au milieu d'une foule qui vénère le fond et le saut, l'inspire beaucoup. «C'est vrai que ça parle en ma faveur», dit-il, lui qui est sensible plus que d'autres à l'aspect émotionnel des choses.

Sauteur complet

Ammann a bâti son formidable palmarès en s'illustrant indifféremment sur petit et grand tremplin. En 2007, il décrochait l'or à Sapporo au grand tremplin et l'argent au petit. En 2009 à Liberec, il montait sur la troisième marche du podium du petit élançoir. A quoi s'ajoutent, bien sûr, ses quatre sacres olympiques (deux sur chaque type de tremplin) et un titre planétaire en vol à ski, en 2010.

Seuls les honneurs du concours par équipes lui ont échappé, et resteront sans doute toujours hors de portée. Les jeunes qui l'accompagnent, Marco Grigoli et Pascal Egloff, doivent d'abord s'aguerrir avant d'espérer briller avec la Suisse. Les qualifications de vendredi représenteront pour eux déjà un écueil important.

Andreas Küttel, champion en titre au grand tremplin, devrait passer le cap, mais il ne peut pas viser le podium. «A Liberec ou à Oberstdorf en 2005, je sentais avant le concours que je pouvais espérer une médaille. Aujourd'hui, mon niveau n'est plus le même. Un top 15 serait déjà bien», observe le Schwtyzois, qui fait ses adieux à Oslo.

(ats)