Mondiaux de ski nordique

02 mars 2011 08:38; Act: 02.03.2011 15:34 Print

Le Canada champion, les Suisses largués

La Norvège a subi une double défaite, chez les hommes et les dames, lors des sprints par équipes (style classique) des Mondiaux d'Oslo.

storybild

Alex Harvey et les Canadiens ont joué un mauvais tour à l'Autriche. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les Canadiens ont soufflé l'or aux Scandinaves grâce à Alex Harvey, magnifique dernier relayeur. Les Suisses (Jöri Kindschi/Christoph Eigenmann) ont fini à une décevante 16e place.

Tenants du titre mondial et olympique, les Norvégiens (Petter Northug, Ola Vigen Hattestad) se sont inclinés pour 0''2 devant les Canadiens (Devon Kershaw et Harvey), le bronze revenant aux Russes (Alexander Panzhinskiy, Nikita Kriukov) à 0''5. Northug avait déjà terminé deuxième du sprint individuel. Il obtient sa troisième médaille, avec encore son titre de la poursuite 30 km.

Du côté canadien, ce sacre confirme l'immense talent de Harvey (22 ans), champion du monde M23 de la poursuite, en passe de s'installer parmi les grands du fond, toutes distances confondues.

Le titre féminin a été remporté par la Suède (Ida Ingemarsdotter, Charlotte Kalla), au terme d'un dernier relais très tranchant de Kalla. Les Suédoises ont devancé de 3''3 la Finlande (Aino Kaisa Saarinen, Krista Lahteenmaki) et de 4''1 la Norvège (Maiken Falla, Astrid Jacobsen). L'absence de Marit Björgen chez les Norvégiennes s'est fait sentir.

Les Suisses loin

Les Suisses n'ont jamais donné l'impression de pouvoir espérer entrer en finale. Après deux des six tours (chaque fondeur en accomplit trois, en alternance), Kindschi et Eigenmann figuraient en 8e position de leur série. L'écart était encore faible (3''), mais il s'est vite creusé ensuite, pour atteindre de grandes proportions au terme des 9 km (une minute dix sur la Suède, gagnante de cette demi-finale).

Kindschi ne cachait pas sa déception: «Je me sentais bien au début, puis c'est devenu dur. J'attendais davantage. Il nous faut continuer à travailler, nous accusons des déficits un peu dans tous les domaines», a reconnu le Grison.

Le sprint par équipes n'est pas vraiment la discipline phare des Suisses. Le nouvel entraîneur de la discipline, le Norvégien Tor Arne Hetland, a du pain sur la planche. Coureur d'expérience, Eigenmann reconnaissait que le retard par rapport aux meilleurs était énorme. Il l'imputait au profil sélectif du parcours et aux particularités de la neige et du fartage: «Notre résultat n'est pas bon, c'est une déception. Nous nous étions superbien entraînés. Mais les conditions étaient extrêmes, avec une neige lente qui obligeait à pousser à fond sur les bâtons.»

Faisant allusion aux problèmes de matériel de la veille, il relevait que les servicemen suisses avaient accompli «un pas en avant» pour ce sprint par équipes. «Ils font un superboulot»... ne reste plus qu'à trouver la bonne formule d'ici dimanche et le 50 km.