Mondiaux d’Oslo – Ski de fond

04 mars 2011 14:51; Act: 04.03.2011 17:26 Print

Le train est parti sans les Suisses

par Oliver Dufour, Oslo - Disputé d'emblée à une cadence infernale, le relais 4x10km a vite distancé l'équipe helvétique (9e). La Norvège a ajouté vendredi une sixième médaille d'or à son palmarès.

storybild

Petter Northug et ses coéquipiers se sont imposés, vendredi, en relais, à Oslo. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous sommes évidemment déçus, car nous espérions vraiment participer à la lutte pour une médaille», a soupiré Guri Hetland après la course. La cheffe des entraîneurs du fond à Swiss-Ski s’est néanmoins montrée satisfaite des prestations individuelles de ses protégés. «Le premier relais était sévèrement rapide. Ce n’est pas habituel. Dans sa forme actuelle, Toni [Livers] ne peut pas suivre un tel rythme. Mais les trois autres ont assez bien skié, ce qui nous permet d’être positifs en vue du 50km de dimanche.»

Les difficultés de Livers, toujours affaibli par un mystérieux virus, n’ont guère laissé d’illusions à ses trois compagnons d’infortune (Dario Cologna, Remo Fischer et Curdin Perl). Les choses auraient-elles pu être différentes avec Cologna en premier relayeur? «Non, je ne crois pas», a estimé Guri Hetland. «C’est notre meilleur alignement», a assuré la Norvégienne. «Il manquait juste les bonnes conditions pour toute l’équipe. C’est comme ça, malheureusement. Mais il y aura un nouveau relais des Championnats du monde dans deux ans…»

La Suisse a finalement bouclé son parcours au 9e rang, à 3’10’’ des Norvégiens, non sans avoir effectué une belle remontée au classement. Derrière les vainqueurs du jour, l’équipe suédoise de Marcus Hellner et Cie et les surprenants Allemands ont complété le podium.

L’arrogance de Northug

Ce relais a également été marqué par l’arrivée peu conventionnelle de Petter Northug. En entrant dans la dernière ligne droite de la course, après avoir fait le trou avec son poursuivant Marcus Hellner, le dernier relayeur norvégien s’est retourné à plusieurs reprises de manière provocante. Juste au moment de franchir en vainqueur la ligne, le fondeur de Mosvik s’est même mis en travers de la piste, s’arrêtant juste assez longtemps pour laisser venir à sa hauteur le Suédois.

Interrogé sur le manque de fair-play de ce geste plutôt disgracieux, Northug a comme à son habitude affiché une arrogance à toute épreuve. «C’était tout à fait fair-play. Nous avions tous les deux une paire de skis et des chaussures», a-t-il répondu en défiant l’assistance. «C’est aussi tout à fait fair-play de venir me dépasser et me battre. En réalité, je voulais faire comme [Björn] Daehlie en son temps et réaliser un 360 degrés, mais je n’ai pas eu assez de temps. Alors c’est devenu un 90 degrés... Et Hellner avait bien terminé le sprint en se tenant sur un seul ski. C’est la même chose!

Le Suédois, lui, ne s'est pas trop formalisé. «C'est le style de Petter. Un peu arrogant», a-t-il commenté. «Ca m'a fait bien plus mal de me faire lâcher dans le dernier tronçon».

(ats)