Mondiaux de ski nordique

08 mars 2011 08:30; Act: 08.03.2011 08:43 Print

Les trois raisons de l’échec des fondeurs suisses

par Oliver Dufour, Oslo - Rentrés penauds des Mondiaux d'Oslo, Dario Cologna et ses pairs ont déçu. «20 minutes» a décortiqué les causes de ce naufrage.

storybild

Dario Cologna est reparti bredouille d'Oslo. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les sauteurs à skis ont plutôt bien réussi à Holmenkollen. La médaille de bronze d’Ammann a sauvé l’honneur. Mais les skieurs ont raté leur chance. Voici pourquoi:

La méforme. Celle, prévisi­ble, de Toni Livers. Affaibli, le garde-frontière a fait de son mieux. Les relayeurs du 4x5 km ne pouvaient rien espérer sans lui. Curdin Perl n’était pas non plus à 100%. A peine remis d’une hernie, il a longtemps lutté avec les meilleurs dans le 50 km. Plus surprenant: le coup de mou de Cologna. «Il faut re­voir la préparation en vue des grandes échéances», a analysé Hippolyt Kempf. Le chef des fondeurs a admis que le fait de miser à fond sur deux tableaux (Coupe du monde et Mondiaux) a été payé cher. «Les soins de Dario aux antibiotiques après le Tour de Ski n’étaient pas idéaux non plus», a-t-il ajouté.

La neige. Le fartage a posé des problèmes. Coupable dési­gné: le brouillard qui s’est in­vité durant une semaine. L’hu­midité du fjord tout proche a créé cette purée, qui a déposé sur la piste des particules de saleté. Baptisée «the dirty snow» par Therese Johaug, elle n’a pas privé la Norvégien­ne de succès (2 fois l’or et un bronze). Avec leur staff plus ré­duit, les Suisses n’ont pas trou­vé la formule.

La poisse. Tout succès exige un brin de réussite. Or, elle a boudé le clan suisse. Martin Jäger a cassé un bâton alors que la finale du sprint lui tendait les bras. Aux avant-postes, Colo­gna a eu un ski bloqué par un concurrent dans le dernier tour de la poursuite sur 30 km.