Neuchâtel

07 octobre 2018 20:52; Act: 08.10.2018 07:21 Print

Des balles en caoutchouc pour séparer les hooligans

Xamax accueillait le FC Sion, dimanche après-midi à Neuchâtel. Et comme bien souvent, des affrontements entre les ultras des deux clubs et la police se sont produits après la rencontre.

L'après-match a été houleux, dimanche en fin d'après-midi, à Neuchâtel.
Sur ce sujet
Une faute?

Les derbies sont souvent électriques sur le terrain et dans les tribunes. La rencontre entre Neuchâtel Xamax et le FC Sion l'a une nouvelle fois démontré, dimanche après-midi à la Maladière, à Neuchâtel.

«A la fin du match, des supporters de Sion sont entrés sur le terrain», affirme un Neuchâtelois, qui prétend être fan de foot avant tout. C'est ce qui aurait mis le feu aux poudres entre des ultras des deux camps, selon lui.

En sortant du stade, le lecteur a constaté un spectacle de désolation devant l'enceinte. «La route était truffée de balles en caoutchouc et de cailloux, déclare-t-il. Les derniers supporters de Sion se dirigeaient vers la gare pour embarquer dans le train spécial qui avait été affrété pour eux.»

Contactée, la police cantonale neuchâteloise confirme les débordements. «Tout s'était pourtant bien déroulé avant et pendant la rencontre, déclare Pierre-Louis Rochaix, porte-parole. Mais après le match, des ultras des deux clubs sont restés devant le stade et ont commencé à s'invectiver.»

C'est à ce moment que les forces de l'ordre sont entrées en action, afin de séparer les fauteurs de trouble et forcer les Sédunois à rejoindre la gare. «La police a surtout dû contenir environ 120 fans valaisans qui voulaient en découdre avec leurs homologues neuchâtelois», poursuit l'officier de presse. Des balles en caoutchouc, et même des grenades détonantes, ont été tirées en direction des récalcitrants, sur qui «les gommes n'avaient visiblement pas d'effet».

Puis le groupe a finalement été escorté jusque dans le train, qui est parti avec une dizaine de minutes de retard.

«Comme à chaque fois»

La police neuchâteloise était bien préparée pour gérer la situation. «Comme à chaque fois lors d'un derby entre Neuchâtel et Sion, nous avons des problèmes, regrette Pierre-Louis Rochaix. Nous étions donc bien préparés.» Une semaine après la Fête des Vendanges, des renforts venant d'autres cantons ont été détachés afin d'assurer le dispositif. Ainsi, une centaine d'hommes ont été déployés.

Ces affrontements n'ont cependant causé que peu de dégâts aux abords du stade. «Une borne «abeille» a été cassée», précise le porte-parole. Et les agents n'ont pas procédé à des interpellations. Mais «une enquête est en cours. Les fauteurs de trouble seront dénoncés et risquent une interdiction de stade», conclut-il.

Résultats/Classements

(mst)