Tennis - Wimbledon

24 juin 2011 18:37; Act: 24.06.2011 19:14 Print

Les talents précoces ne gagnent plus

par J.-P. Pressl-Wenger, Londres - Depuis 2004 et la victoire finale de Maria Sharapova, alors âgée de 17 ans, plus aucun "ado" n'a remporté de Grand Chelem. La tendance se renforce.

storybild

L'Anglaise de 17 ans Laura Robson, courageuse et douée, n'a finalement pas fait le poids face à Maria Sharapova. (Photo: Keystone)

Une faute?

Il faut de l’expérience pour remporter un tournoi du Grand Chelem de nos jours. La sentence peut paraître évidente, toutefois, l’évolution du jeu ne permet plus aux jeunes pousses d’aller au bout d’une des quatre compétitions majeures. Pour mémoire, les vainqueurs de Wimbledon âgés de moins de 20 ans, se sont faits rares depuis 30 ans. Les derniers exemples en date restent ainsi Boris Becker (All/17 ans) en 1985 chez les messieurs, Steffi Graf (All/19 ans) en 1988, Martina Hingis (S/16 ans) en 1997 et Maria Sharapova (Rus/17 ans) en 2004.

Robson trop tendre

Cette dernière a dû batailler ferme sur le Court numéro 1 face à l’Anglaise Laura Robson (WC/17 ans) pour gagner sa place au troisième tour (7-6 6-3 en 1h48). Si son nom rappelle plutôt d’excellents souvenirs à plusieurs générations d’amoureux du foot anglais, l’espoir britannique avait fait naître les ambitions les plus folles dans le cœur des spectateurs, complètement acquis à sa cause, en menant 3-0 puis 4-1 dans le premier set. Le réveil de la Russe, tête de série numéro 5, a finalement eu raison de l’élan et du talent de la jeunesse. «Cette jeune joueuse a tout pour elle. Pour commencer, elle est gauchère, ce qui lui donne un avantage non négligeable, a détaillé Serena Williams, tenante du titre sur le gazon anglais. Elle bouge bien et tape fort, et elle n’a que 17 ans. » Venant de l’Américaine aux 37 titres WTA, le compliment prend d’autant plus de valeur. Mais le résultat reste le même, Robson est éliminée.

Les observateurs du tennis présents à Wimbledon s’accordent tous sur le fait que le jeu a subi une transition accélérée sur le plan physique. C’est une des raisons principales qui peuvent expliquer la difficulté que les joueurs, à peine sortis de l’adolescence, rencontrent pour atteindre les derniers tours des tournois importants.