Football-people

22 décembre 2011 15:05; Act: 22.12.2011 15:47 Print

«Beckham paierait 50% d'impôts en France»

Le ministre de l'Industrie Eric Besson a précisé que si David Beckham était transféré au PSG, il paierait aussi «50% d'impôts en France».

storybild

La star anglaise, dont le salaire fait polémique, paierait une partie de ses impôts en France. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je comprends que (le montant de son salaire) puisse heurter et choquer» mais «s'il vient en France, Beckham va payer globalement 50% d'impôts en France», a déclaré le ministre, en marge d'une visite des locaux du groupe français d'e-commerce Pixmania. Le footballeur anglais toucherait un salaire mensuel brut de 800'000 euros au PSG.

«Est-ce que c'est mieux qu'il les paie à Paris plutôt qu'à Londres? (...) Moi, je préfère qu'il les paie à Paris», a ajouté M. Besson.

«Attendons!, a-t-il poursuivi. David Beckham pour le Qatar et le Paris-Saint-Germain, c'est un investissement et on ne saura que dans quelques semaines ou quelques mois s'il est rentable.»

Et d'ajouter que «de toute façon (Beckham) allait être acquis par un grand club européen». Puis, M. Besson a évoqué à propos de cet éventuel transfert «une opération de communication» et de «merchandising» donnant une «visibilité immense» au club parisien «sur l'Asie», et notamment «la Chine».

«Si ça se trouve, dans six ou huit mois, tout le monde sera d'accord pour dire que David Beckham a été pour le PSG, le football français» et le fonds qatari qui en est propriétaire, «un investissement rentable», a-t-il ajouté.

Entreprise de spectacle

Le foot professionnel est devenu «une entreprise de spectacle sportif»
«donc c'est à «cette aune là» qu'il faut juger cette opération», selon le ministre.

Sur son avenir personnel après la présidentielle de 2012, M. Besson à qui les médias ont prêté l'intention de reprendre l'OGC Nice et plus récemment le Paris Football Club, a souligné qu'il n'avait «jamais dit un mot là-dessus».

«J'ai toujours dit depuis 15 ans (...) que j'aimerais présider un club de foot. Mais, c'est depuis 15 ans, et il n'y a pas eu d'accélération ou d'événement» nouveau sur ce point, a-t-il insisté.

(afp)