Football

15 février 2019 08:52; Act: 15.02.2019 08:52 Print

«On n'a pas joué à notre vrai niveau»

par Tim Guillemin, Zurich - Ludovic Magnin s'est montré très déçu par la prestation du FC Zurich jeudi face à Naples (1-3) en 16es aller de l'Europa League.

storybild

Sale soirée pour Ludovic Magnin et le FCZ, qui n'ont pas réussi à enflammer la soirée malgré la présence de 24'000 spectateurs au Letzigrund. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Défait 1-3 sur sa pelouse du Letzigrund face à Naples, le FCZ ne verra sans doute pas les 8es de l'Europa League. «Je ne suis pas fou: aller marquer trois buts à Naples c'est très difficile. L'objectif c'est d'y aller pour tenter d'avoir un résultat positif et essayer de montrer notre vrai visage. Car ce soir, on n'a pas joué à notre vrai niveau. C'est ce qui me fait le plus mal», a pesté un Ludovic Magnin très déçu.

«Oui, je le suis, a confirmé l'entraîneur vaudois du FCZ. La déception est grande. Ce qui était important, c'était de bien entrer dans le match et on ne l'a pas fait. On voulait presser Naples très haut et leur faire mal, mais ils ont pu ressortir les ballons sans problèmes grâce à leur grande qualité technique. Et puis nous, alors, on a manqué de courage et on a constamment joué en retrait, jusqu'à notre gardien. Avec les conséquences que l'on connaît» Une allusion claire au 0-1, cette relance complètement ratée de Yanick Brecher, qui a offert l'ouverture du score à Naples sur une boulette absolument atroce.

Ludovic Magnin, s'il a regretté ce premier but, n'a pas voulu enfoncer son gardien en particulier. «Il y avait une différence claire de classe entre les deux équipes. En deuxième mi-temps, on a joué sans la pression de perdre et on s'est un peu rapprochés d'eux. Ils ont baissé un peu le rythme et l'écart n'était plus si grand, mais ça n'a pas suffi. On est déçus, car on espérait faire beaucoup mieux», a ajouté l'ancien joueur de Stuttgart et du Werder Brême.

«Après une performance comme la nôtre ce soir, je ne veux pas chercher d'excuses, a encore dit Ludovic Magnin. Bien sûr, qu'on a des nouveaux joueurs depuis cet hiver, on doit gagner des automatismes, mais ce n'est pas un problème. La réalité c'est que Naples a mis de l'intensité d'entrée et que nous, des parties de ce niveau, on n'en joue pas en Suisse. C'est tout. On aurait dû être plus durs dans les duels pour espérer quelque chose. Ca n'a pas été le cas, basta». Le match retour, jeudi prochain à Naples, s'annonce extrêmement compliqué. Et l'exploit semble bien loin.

Football

(nxp)