Football

24 décembre 2018 13:10; Act: 24.12.2018 14:27 Print

60'000 personnes au Stade Monumental

De retour de leur périple en Europe et aux Émirats, les joueurs de River Plate ont été accueillis en héros.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le stade Monumental de Buenos Aires, privé de la finale retour de la Copa Libertadores en raison de violences commises fin novembre, a fait le plein dimanche pour le retour en Argentine des joueurs de River Plate avec le plus prestigieux trophée de clubs latino-américain.

Deux semaines après leur succès après prolongation en finale retour sur leurs rivaux historiques de Boca Juniors, à Madrid, et au lendemain de la troisième place récoltée à la Coupe du monde des clubs, à Abou Dhabi, les «Millonarios», arrivés à bord d'un bus à impériale, ont été accueillis par 60'000 supporters chantant et lançant leurs célèbres «papelitos» (confetti) pour célébrer cette 4e Copa Libertadores conquise par River.

Après un nul 2-2 à l'aller sur le terrain de Boca le 11 novembre, la finale retour de la Copa Libertadores aurait dû avoir lieu le 24 novembre au stade Monumental de River Plate, à Buenos Aires. Mais le caillassage de l'autocar transportant l'équipe de Boca, qui a fait deux blessés parmi les joueurs, a provoqué le report de la rencontre, puis sa délocalisation sur terrain neutre à Madrid, en dépit de l'opposition des deux clubs qui s'affrontaient pour la première fois en finale de la Libertadores. River réclamait de pouvoir jouer à domicile et Boca exigeait, en vain, une victoire sur tapis vert.

«Ce triomphe n'a pas de prix, il restera dans l'histoire», a déclaré le numéro 10 de River, Gonzalo «Pity» Martínez, à propos de cette finale qui a quasiment paralysé l'Argentine pendant un mois.

«Il y a trois ans, quand nous avons gagné la Copa Libertadores 2015, on avait du mal à y croire, c'était un rêve devenu réalité et je leur ai dit que nous ferions mieux, a raconté l'entraîneur Marcelo Gallardo. «Non seulement nous avons fait mieux, mais nous avons remporté la plus belle finale dont nous pouvions rêver.»

Les supporters, eux, ont comme souvent réservé la plupart de leurs chants au grand rival Boca. «Une minute de silence pour Boca qui est mort», ont-ils ainsi entonné lors de cette fête qui a duré des heures.

Football

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jurg le 24.12.2018 15:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas d'intérêt pour ce championnat trafiqué

    Nul, cette Amérique du Sud ferait mieux d'évoluer plutôt que de vénérer des équipes de secondes zones qui n'intéresse personne en Europe !

Les derniers commentaires

  • Jurg le 24.12.2018 15:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas d'intérêt pour ce championnat trafiqué

    Nul, cette Amérique du Sud ferait mieux d'évoluer plutôt que de vénérer des équipes de secondes zones qui n'intéresse personne en Europe !