Football

12 septembre 2018 17:52; Act: 12.09.2018 20:50 Print

A 51 ans, le président George Weah a rechaussé les crampons

Malgré le poids des années, l'ancienne gloire a joué un dernier match officiel avec le Liberia.

storybild

George Weah (à g.) a joué 79 minutes, sans pouvoir éviter la défaite des siens face au Nigéria (2-1). (Photo: EPA)

Une faute?

Le président du Liberia et ancienne légende du football George Weah a refoulé à 51 ans le terrain avec son équipe nationale lors d'un match amical lundi soir contre le Nigeria, seize ans après la fin de sa carrière internationale.

79 minutes sur le terrain

L'ancien attaquant de Monaco, du PSG et de l'AC Milan, seul Ballon d'Or africain de l'histoire (1995) a joué 79 minutes, entouré de coéquipiers âgés d'une vingtaine d'années, dans un stade de la capitale Monrovia, ont constaté des journalistes de l'AFP. Visiblement en surpoids, «Mr George» n'a pu empêcher la défaite des siens, battus par les Super Eagles (2-1).

«Mon souhait est de voir un autre Ballon d'Or venir du Liberia. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour avoir une très bonne équipe nationale», a déclaré après son 61e match en sélection George Weah, qui a accédé en début d'année à la présidence de ce petit pays pauvre d'Afrique de l'Ouest.

Maillot retiré

Le Liberia figure à la 158e place du classement Fifa, et à la 47e (sur 54) de celui des pays africains. La dernière de ses deux participations à la Coup d'Afrique des nations (CAN) remonte à 2002.

Après avoir reçu une ovation en quittant le terrain à 12 minutes de la fin, George Weah a remis son maillot portant le numéro 14 à sa Fédération, qui ne l'utilisera plus. «Je me suis toujours demandé pourquoi il avait fallu autant de temps pour que ce maillot soit retiré», a blagué le président libérien en s'adressant au public après le match.

Jouer face à une «légende»

«A chaque fois que nous le voyons jouer, nous nous sentons motivés pour suivre son exemple», a confié à la presse l'un de ses coéquipiers du jour, William Jarboe. «C'est une légende, un joueur de classe mondiale. Nous étions très motivés pour jouer contre lui», a commenté l'ailier nigérian Samuel Kalu, nouvelle recrue des Girondins de Bordeaux, tout en reconnaissant qu'il était trop jeune pour «l'avoir vraiment suivi lorsqu'il jouait».

Football

(nxp/afp)