Football - Euro 2020

18 novembre 2019 06:30; Act: 18.11.2019 10:21 Print

A la découverte des macaques de Barbarie

par Robin Carrel, Gibraltar - L’équipe de Suisse est à Gibraltar, pour s’y qualifier à l’Euro 2020. L’occasion d’aller voir les seuls singes en liberté du continent.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Sur le célèbre rocher de Gibraltar, on vous promet la présence de lapins, de renards et il y a même un panneau vous mettant en garde contre… des serpents. Mais c’est surtout pour ses singes que les gens prennent le petit téléphérique qui vous amène du centre-ville à l'un des sommets de cette grosse colline, situé à 417 mètres d’altitude. Et c’est une expérience…

D’abord, on en voit deux tourner autour des cuisiniers du restaurant du coin, histoire de gratter un quignon de pain. Ensuite, en descendant à pied en direction de la réserve naturelle «Upper Rock», il y en a juste partout! Ils seraient près de 300 à vivre là, séparés en cinq groupes. Ils se baladent et vont quelques fois jusqu’en ville, pour les plus téméraires.

Contrairement à ce qui a longtemps pu être pensé, ces macaques de Barbarie de Gibraltar, aussi appelés macaques de Gibraltar ou Magots, ne sont pas les derniers survivants d’une race européenne, qui a peuplé les rives de la Méditerranée pendant longtemps. Ils ne sont pas non plus les descendants d’une armée de douze animaux importés lors de la Seconde Guerre Mondiale. Selon de récentes analyses génétiques, il s’agit simplement des descendants de ceux que les Maures, qui avaient occupé la région de 711 à 1492, gardaient comme animaux de compagnie.

«Help me, Sir!»

Ces singes sont habitués à l’homme et ne manquent pas d’aller réclamer leur pitance aux gens qui passent. Eux ne peuvent pas lire les panneaux qui promettent une amende de 4000 livres gibraltariennes à ceux qui les nourriraient. Alors ils grimpent sur les touristes et les plus malins n’hésitent pas à ouvrir les sacs à la recherche de pain ou de chips qui pourraient traîner.

On y a croisé une Britannique en panique, alors que le macaque était en train de passer en revue l’intégralité de son sac à dos. «Help me, Sir!», criait-elle, le regard paniqué, mais en n'oubliant pas de filmer le tout histoire d'en faire certainement une story sur Instagram. On a bien tenté de lui venir en aide, mais la bestiole était très sûre d’elle et n’hésitait pas à montrer les dents!

Le singe n’a finalement rien trouvé à manger, mais a totalement vidé le sac de son contenu et s’est ensuite enfui avec une paire de lunettes toute neuve, qui semblait particulièrement lui plaire. Pas sûr que ça lui serve un jour, même pour frimer auprès de ses cousins macaques de Barbarie.

Football