Malte - Suisse

08 février 2011 13:38; Act: 08.02.2011 13:45 Print

Alexander Frei: «Il faut continuer comme cela»

Le capitaine de la Nati se veut positif. Il estime que l'équipe de Suisse est dans une bonne période.

storybild

Alexander Frei croit en l'équipe de Suisse. (Photo: Reuters)

Une faute?

Alexander Frei l'affirme, l'équipe de Suisse est en pleine progression. Les deux dernières sorties de la sélection nationale, contre le Pays de Galle (4-1) et l'Ukraine (2-2), ont conforté le capitaine dans ses convictions.

«Sur les deux derniers matches, nous marquons six buts et nous ne perdons pas. C'est une bonne chose et nous devons continuer comme cela. Il serait important de commencer l'année 2011 par une victoire.» Un succès convaincant lancerait en effet idéalement la Suisse avant ses deux rencontres capitales dans les éliminatoires de l'Euro 2012, en mars en Bulgarie et en juin en Angleterre.

Plus que trois matches?

Frei, à qui il pourrait ne rester plus que ces trois matches internationaux s'il maintien sa décision de se retirer après Wembley, estime que l'équipe «est sur le bon chemin offensivement», elle qui n'avait marqué que six fois sur ses douze matches ayant précédé la victoire contre les Gallois.

Et le capitaine n'est pas étranger à ce phénomène. Sifflé et poussé vers la sortie par le public bâlois contre le Pays de Galles, le meilleur buteur suisse de l'histoire a frappé deux fois à Genève contre l'Ukraine, inscrivant ses 41e et 42e buts internationaux. «Mais ce n'est pas le match contre l'Ukraine qui peut me faire revenir sur mon choix. Ma décision était quelque chose de réfléchi et les gens qui me connaissent savent que je ne reviendrai pas en arrière.»

Après «dix ans à prendre du plaisir et à chercher à marquer le plus de buts possibles» avec l'équipe de Suisse, Frei vit ainsi peut-être pas sa tournée d'adieux. Son importance demeure immense pour la formation de Hitzfeld, lequel continuera d'aligner son capitaine à la pointe de l'attaque, tant face à Malte que contre la Bulgarie.

Mais avec qui et dans quel système ? Frei refuse de dévoiler le fond de sa pensée. «Il est difficile pour moi de répondre à cette question car, vis-à-vis de mes coéquipiers, je ne peux pas dire que je préfère jouer avec tel ou joueur ou avec tel autre. Ce qu'il faut se demander c'est quel est le meilleur système pour que l'équipe gagne.»

(ats)