Super League

24 avril 2012 19:54; Act: 24.04.2012 20:24 Print

Alves de retour à la barre du Servette FC

Le technicien portugais est de retour comme entraîneur de Servette. Il avait été limogé fin novembre.

Sur ce sujet
Une faute?

Annoncé dès le milieu de l'après-midi par le site www.bloodymonday.ch, le come-back de Joao Alves a donc été confirmé en début de soirée par le club. Cette décision résulte de la volonté du nouveau président du club, Hugh Quennec. Le réputé technicien portugais, âgé de 59 ans, avait mené Servette de Challenge League en Axpo Super League la saison dernière.

Il n'avait pas démérité non plus cet automne, mais ses relations difficiles avec l'ancien président Majid Pishyar avaient finalement conduit celui-ci à actionner le couperet. Alves dirigera donc à nouveau le Servette pour les cinq derniers matches de la saison, voire davantage si le club parvient à éviter la faillite.

Outre Pereira, dont le contrat arrivait à échéance à fin juin, Hugh Quennec a aussi décidé de se séparer du directeur technique Costinha, qui avait fait venir Pereira en novembre. Les deux hommes, que le club remercie du travail effectué dans des conditions difficiles, seront payés jusqu'à fin juin.

Le fils de Joao Alves, Carlos Alves, retrouve aussi son poste d'assistant. L'accord ainsi trouvé a été validé par les curateurs nommés par la juge Fabienne Geisinger. Joao Alves a dès lors retiré la demande en paiement déposée le 24 janvier 2012 contre le club. Cela permet donc de diminuer sensiblement la dette du Servette, le Portugais étant l'un des principaux créanciers.

Par ailleurs, Arpad Soos a accepté de rejoindre la direction sportive du club, qu'il forme désormais avec Hugh Quennec et le nouvel entraîneur. Arpad Soos, ancien entraîneur du Stade nyonnais et du Lausanne-Sport, connaît bien le football romand.

Servette se réjouit des décisions prises mardi, mais précise que la situation financière reste extrêmement délicate. Il est dès lors difficile de préparer la saison prochaine, entre la menace de faillite et l'incertitude concernant la licence.