Football

14 septembre 2019 13:52; Act: 14.09.2019 15:02 Print

Très riche, Alex Sandro «saigne» en dépensant

Le défenseur brésilien de la Juventus se sent «coupable» lorsqu'il sort son porte-monnaie. Ses origines modestes en sont la cause.

storybild

Alex Sandro (à droite), ici sous le maillot brésilien, connaît la valeur de chaque euro. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Alex Sandro vient de prolonger son contrat avec la Juventus jusqu'en 2023, avec un salaire - revu à la hausse - de 5 millions d'euros par année, primes et bonus non compris. Le défenseur brésilien, auteur d'une saison 2018-2019 époustouflante, était notamment courtisé par le PSG et Manchester durant la trêve estivale.

Le Sud-Américain a accordé un entretien au journaliste Raiam Santos. Ses propos ont été diffusés sur YouTube. Il a beaucoup été question d'argent dans cet interview. «Quand je suis entré au centre de formation de l'Atlético Paranaense, à 15 ans, je gagnais 100 reals par mois (ndlr: environ 25 francs suisses), a précisé le joueur. Le club me payait le logement, la nourriture et l'éducation. Je dépensais donc 50 reals et j'en gardais 50. Ma première grosse somme dans le football a été quand ils m'ont payé 300 dollars. Je les ai donnés à mes parents pour les dépenses de la maison. J'aurais pu acheter quelque chose, mais je devais aider ma famille.»

Le syndrome de Chermignon

Des origines modestes et une enfance passée dans la précarité: raisons pour lesquelles Alex Sandro souffre de ce que l'on pourrait appeler le syndrome de Chermignon, petite bourgade valaisanne entre Sierre et Crans-Montana où les gens sont réputés - selon la légende - pour être particulièrement radins. Concrètement, il éprouve un certain malaise lorsqu'il doit sortir son porte-monnaie.

«Souvent, je sors avec ma famille et je dépense 300 ou 400 euros. Plus tard, je pense ce que ça fait en reals brésiliens et je me sens coupable d'avoir dépensé cet argent en une soirée seulement, a-t-il confessé. On me dit souvent de ne pas y penser et de profiter de la vie, mais je me sens très bien quand j'aide les autres.»

Football

(Sport-Center)