Football

01 décembre 2019 17:46; Act: 02.12.2019 12:45 Print

Leicester est le nouveau dauphin de Liverpool

Vardy et ses coéquipiers pointent à la 2e place de la Premier League après leur victoire - tardive - 2-1 dimanche face à Everton.

storybild

Leicester a dessiné sa victoire sur le tard dimanche face à Everton. (Photo: AFP)

Une faute?

Leicester s'est arraché pour remporter un sixième succès de rang et prendre trois points précieux dans la course à la Ligue des champions à la 95e minute contre Everton (2-1). Les champions d'Angleterre 2016 reprennent la 2e place du classement avec trois longueurs d'avance sur Manchester City, mais sont toujours à huit unités de Liverpool.

«On ne va pas parler de course au titre, on va prendre les matches comme ils viennent, on sait qu'on peut rivaliser avec n'importe qui quand on est bien dans notre jeu, mais on est déjà tourné vers mercredi» et la réception de la lanterne rouge, Watford, a commenté Jamie Vardy.

Un épilogue cruel et qui pourrait être lourd de conséquences pour l'entraîneur portugais Marco Silva, menacé avant le match.

Profitant d'un début de match poussif, les Toffees avaient pourtant ouvert le score sur une tête du Brésilien Richarlison, après un centre de Djibril Sidibé (0-1, 23e).

Cela a réveillé Leicester qui a égalisé par l'inévitable Vardy, en tête du classement des buteurs avec 13 réalisations (1-1, 68e).

Leicester est allé chercher la victoire au bout du temps additionnel par Kelechi Iheanacho, à la limite du hors-jeu -l'arbitre avait d'ailleurs refusé le but avant d'être déjugé par la VAR- (2-1, 95e)

Arsenal: y a du boulot...

Pas de choc psychologique chez les Gunners, 48 heures après le limogeage d'Unai Emery et le début de l'intérim de Freddie Ljungberg.

Son pari de titulariser Shkodran Mustafi, Granit Xhaka et Mesut Özil, trois joueurs placardisés à divers degrés par son prédécesseur, a fait long feu et souligné les limites de la responsabilité d'Emery dans les performances médiocres des Gunners cette saison.

«C'est facile de voir sur quoi nous devons travailler. On doit travailler sur les transitions, on a dominé mais ils nous ont contrés trop facilement», a analysé le Suédois après le match.

La prestation défensive a été encore une fois catastrophique, notamment leur absence totale d'agressivité sur les buts des canaris.

Sur l'ouverture du score, Norwich a remonté tranquillement la balle sur 60 m pour trouver Pukki à l'entrée de la surface sans qu'à aucun moment un joueur d'Arsenal ne se trouve à distance d'intervention, jusqu'à la frappe déviée du lutin finlandais qui a fait mouche (1-0, 21e).

Même topo sur le second but de Todd Cantwell, Onel Hernandez s'est enfoncé sans peine sur la gauche pour servir en retrait Cantwell qui a pu enrouler du droit à 15 m du but (2-1, arrêts de jeu de la 1re mi-temps).

Norwich aurait même mérité de l'emporter sans une parade extraordinaire de Bernd Leno qui a dévié sur son poteau une frappe de Kenny McLean (59e) alors que Pukki (62e) et Cantwelle (63e) ont eu le succès au bout du pied.

Un doublé de Pierre-Emerick Aubameyang - sur un penalty (1-1, 29e) et une frappe croisée puissante sur un ballon qui traînait dans la surface après un corner (2-2, 57e) -, serviront de cache-misère, mais que le chantier sera long!

ManU laisse encore filer des points

Alors qu'ils avaient l'occasion de remonter à la 5e place, les errements défensifs des Red Devils les ont contraints au nul (2-2) face à Aston Villa qui, avec ses 15 points, est à égale distance de son adversaire du jour (9e) et de la zone rouge.

Le milieu de terrain Jack Grealish avait surpris la défense mancunienne d'une magnifique frappe enroulée dans un angle fermé qui avait fini dans la lucarne opposée (0-1, 11e).

Manchester semblait avoir repris le contrôle du match grâce à une tête de Marcus Rashford poussée dans son but par le gardien Tom Heaton (1-1, 42e), puis par son défenseur central Victor Lindelof (2-1, 64e).

Mais un relâchement coupable a permis à l'international anglais Tyrone Mings de remettre les deux équipes à égalité (2-2, 64e), privant Ole Gunnar Solskjaer d'un oxygène précieux en cette période troublée pour les coaches de Premier League.

Football

(nxp/afp)