Match Suisse-Malte

10 février 2011 15:59; Act: 10.02.2011 16:10 Print

Atmosphère tendue après le nul à Malte

L'atmosphère est tendue autour de l'équipe de Suisse, après le médiocre match nul contre Malte mercredi (0-0).

Sur ce sujet
Une faute?

Entre crise grave dans le jeu et malaise dans des coulisses où se joue la prolongation du contrat d'Ottmar Hitzfeld, la situation n'a rien de rassurant, à six semaines du décisif déplacement en Bulgarie.

Il convient néanmoins de relativiser la portée du ratage de Ta'Qali, au cours d'un match amical qui n'a pas semblé concerner plus que cela les internationaux suisses. On peut du reste s'interroger sur la pertinence d'une telle affiche, coincée entre des échéances importantes en club pour les joueurs et peu avant une partie capitale dans la course à l'Euro.


«Heureusement, en match officiel, nous avons souvent été largement meilleurs que cela», apaise Alexander Frei. Tandis que Gelson Fernandes évoque Malte comme «un match piège», le sélectionneur Ottmar Hitzfeld assure qu'il ne se fait pas de souci pour le déplacement à Sofia. «Contre la Bulgarie, les circonstances seront différentes. Nous serons plus concentrés et la préparation ne sera pas la même.»


L'attaquant Alexander Frei, qui affirme qu'il ne tirera plus de penalty en équipe nationale après son deuxième échec de suite, ne s'inquiète pas uniquement de l'absence totale d'un projet dans le jeu de la Suisse. «Nous devons absolument retrouver notre efficacité sur balles arrêtées. C'est ainsi que nous avons inscrit beaucoup de buts lors des éliminatoires du Mondial 2010».


«Je ne voudrais pas être à la place de Peter Gilliéron.» La phrase, glissée dans un sourire avant de monter dans l'avion par le directeur de la SFL Edmond Isoz, témoigne aussi d'un autre malaise, extérieur au terrain cette fois-ci. La prolongation du contrat de Hitzfeld, de 2012 à 2014, divise en effet les partisans de la signature rapide (avant la Bulgarie) et ceux de l'attente (après l'Angleterre en juin).


Ardent défenseur d'une signature immédiate, le président Gilliéron est désormais bien emprunté.

(ats)