France

11 janvier 2016 10:30; Act: 11.01.2016 10:35 Print

Au tribunal pour avoir enlevé un ex-coéquipier

par Robin Carrel - Cinq personnes passent devant un tribunal savoyard, à partir de ce lundi. Parmi eux, Ghislain Anselmini, ancien coéquipier de la victime, Fabrice Fiorèse.

storybild

Fabrice Fiorèse a notamment joué au PSG et à l'OM. (Photo: Keystone/Damien Meyer)

Sur ce sujet
Une faute?

Ghislain Anselmini a joué à Lyon de 1991 à 1998, puis à l’En Avant Guingamp de 1998 à l’an 2000. Il y a fait connaissance avec un certain Fabrice Fiorèse (formé à l’OL, puis passé par Guingamp de 1997 à 2001), qui deviendra bien vite son ami. Mais pendant que la carrière d’Anselmini touche à sa fin, celle de son pote ailier droit va décoller.

Fiorèse s’engage en effet avec le PSG en 2002. Il y joue 102 matches, avant de partir pour l’Olympique de Marseille à la suite d’un transfert rocambolesque à la fin du mercato de l’été 2004. Au Vélodrome, l’ailier droit ne s’imposera jamais vraiment et partira en prêt au Qatar puis au FC Lorient. De quoi mettre un peu d’argent de côté tout de même.

Fusil à pompe et couteau de cuisine

Alors que la France du football est encore toute retournée par l’affaire de la «sex-tape» de Mathieu Valbuena, qui a valu à son coéquipier en sélection Karim Benzema une mise en examen pour complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs, c’est le cas Anselmini-Fiorèse qui va défrayer la chronique cette semaine. Anselmini, ancien défenseur âgé aujourd’hui de 45 ans, risque aujourd’hui gros pour enlèvement et extorsion de fonds.

L’affaire remonte au 28 septembre 2012. Fabrice Fiorèse est alors agressé et enlevé par trois hommes armés d’un fusil à pompe et d’un couteau de cuisine, alors qu’il rentre chez lui en fin d’après-midi. Les malfaiteurs, qui sont entrés à son domicile, s’emparent d’un sac rempli d’argent (près de 500'000 euros, provenant d’un dessous de table consécutif à la vente, en Suisse, de la propriété que l’ancien joueur du PSG s’était offert à St-Tropez), puis obligent la victime à monter dans sa propre voiture.

16'000 SMS à sa femme

Fiorère réussira finalement à s’échapper seul de ce traquenard, profitant d’un feu rouge pour briser une vitre et s’enfuir dans la nature. Les ravisseurs, eux, ont paniqué et abandonné le véhicule sur place. Ces «Pieds nickelés», selon celui qui sera leur avocat plus tard dans la procédure, ont fini par être identifiés. Ils avaient, en effet, laissé quantité d’empreintes sur place et même de l’ADN sur un paquet de biscuits abandonné dans une autre voiture qui avait servi à ce forfait.

Le «cerveau» de cette affaire serait donc Ghislain Anselmini. Brouillé avec Fiorèse depuis une année, l’ancien défenseur est toutefois resté proche de la femme de ce dernier. Il lui a même envoyé plus de 16'000 messages en l’espace de six mois en 2012, ainsi que 51 le jour du crime. Rien que ça! C’est par Aurélie Fiorèse qu’Anselmini aurait appris la transaction frauduleuse. Il en aurait, dans la foulée, informé certains malfaiteurs de la région de Lyon. Verdict attendu en début de semaine prochaine.

(rca)