Ligue des Champions

13 août 2019 20:18; Act: 13.08.2019 23:04 Print

Le FC Bâle prend la porte

Défaits 1-2 à l'aller, les Rhénans ont une nouvelle fois été battus sur la pelouse de Linz 1-3. Ils quittent la Ligue des Champions pour l'Europa League.

storybild

Les Bâlois, à l'image de Stocker, se sont montrés bien trop imprécis devant les cages adverses. (Photo: Keystone/AP/Expa/reinhard Eisenbauer)

Une faute?

Le FC Bâle devra se contenter de poursuivre sa campagne continentale 2019-2020 en Ligue Europa. Déjà battus 1-2 une semaine plus tôt à l’aller au Parc Saint-Jacques, les Rhénans ont encore perdu (3-1) mardi soir sur la pelouse du LASK Linz, formation qui militait en deuxième division autrichienne il y a un peu plus d’une année. L’équipe de Marcel Koller quitte donc la Ligue des champions par la (toute) petite porte au stade du troisième tour de la phase qualificative. Quant aux Linzois, ils prendront part aux barrages face aux Belges du FC Bruges, tombeurs des Ukrainiens du Dynamo Kiev. Le vainqueur de ce duel disputera la très lucrative phase de poules.


Bâlois et Autrichiens ont rejoint les vestiaires sur un score nul et vierge après une première mi-temps dominée par les visiteurs. Mais les vice-champions de Suisse n’ont pas concrétisé leur supériorité territoriale. La faute tantôt à la «poisse» (tir d’Ademi sur la latte à la 11e), mais le plus souvent à la fébrilité dans le dernier geste. Stocker se demande encore comment il a pu rater deux «montagnes», aux 22e et surtout 38e minutes.

En deuxième période, alors que Bua venait de relayer Zuffi, le LASK a bénéficié d’un coup de pouce bien involontaire de Petretta pour ouvrir la marque à l’heure de jeu. Le malheureux a trompé son gardien Omlin en déviant malencontreusement au premier poteau un centre de Raft. Mais les Suisses n’ont pas baissé les bras et entretenu l’espoir à la 80e grâce à l’égalisation à un partout signée Ademi sur un centre parfait de Widmer.

Un espoir de courte durée, puisque Goinginger profitait d’une contre-attaque rondement menée pour inscrire le 2-1 et «tuer» le suspense à la 89e. Pour la petite histoire, Raguz aggravait encore l’addition dans les arrêts de jeu. Sur l’ensemble de la double confrontation, et si cruel soit-il, Bâle ne méritait pas autre dénouement que cette élimination mortifiante...

Football

(bcr)