Champions League

08 mars 2011 20:05; Act: 08.03.2011 23:16 Print

Barcelone se qualifie pour les quarts

Le FC Barcelone a éliminé mardi Arsenal de la Ligue des Champions. Au Camp Nou, les joueurs de Guardiola ont battu les Gunners 3-1.

Sur ce sujet
Une faute?

Le FC Barcelone demeure un adversaire hors de portée pour Arsenal. Comme l'an dernier, le parcours des Londoniens en Ligue des Champions s'est arrêté au Nou Camp où ils ont été battus 3-1.

Victorieux 2-1 il y a trois semaines à l'Emirates, Johan Djourou et ses coéquipiers ont longtemps vu la lumière lors de ce match retour très heurté que Massimo Busacca n'a pas su vraiment maîtriser. Ils étaient, en effet, qualifiés à l'heure de jeu avant de tout perdre en deux minutes seulement sur un but de Xavi (69e) et un penalty de Messi (71e), qui avait été provoqué par Koscielny.

A onze contre dix depuis la 56e, le FC Barcelone a imposé un collectif toujours aussi impressionnant. Sur l'ensemble des deux matches, la qualification des Catalans est mille fois méritée. A Londres, il auraient dû mener 2-0 avant le réveil des Gunners. A Barcelone, il auraient pu marquer trois ou quatre buts de plus avec sans ce brin de réalisme. Leur faculté de perforer dans l'axe n'importe quelle défense est leur grande force. Personne ne peut s'opposer sur la durée d'un match à l'inspiration d'un Messi, d'un Xavi et d'un Iniesta, les maîtres à jouer de Pep Guardiola. Une seule statistique traduit la supériorité du FC Barcelone: 68 % de possession du ballon.

La patience fut une vertu que le FC Barcelone a tout d'abord cultivée à merveille. En première période, les Catalans ont exercé une supériorité écrasante contre un adversaire incapable de tenir le ballon. Seulement, ils ont dû attendre la 36e minute pour se procurer une première occasion, une demi-occasion en fait avec ce centre-tir d'Adriano sur le poteau extérieur.

La délivrance est survenue dans le temps additionnel. Lancé par Iniesta, Messi pouvait, d'une accélération sublime, concrétiser la supériorité du FC Barcelone. Sur cette action, Clichy n'a pas pu «coller» l'Argentin comme il aurait dû le faire.

Un grand Djourou

Le latéral français aurait dû prendre exemple sur Johan Djourou. Après une entame difficile avec notamment une coupable erreur à la relance (13e), le Genevois fut impressionnant. Par sa vitesse et sa lecture du jeu, il a fermé à plusieurs reprises la porte aux attaquants adverses. Il revenait sur Messi à la 31e, il freinait ensuite Villa à la 33e avant de s'interposer à nouveau devant Messi à la 35e. Lancé dans le bain à la 16e, le gardien Almunia pouvait vraiment se reposer sur ce Djourou exceptionnel. Le Navarrais avait relayé Szczesny qui s'est blessé à un doigt en arrêtant un coup-franc de Valdes à la 16e.

Les Gunners avaient toutefois le bonheur de recoller au score à la 53e sur un autogoal de Busquets qui déviait malencontreusement de la tête un corner de Nasri. Les actions des Catalans repartaient toutefois à la hausse à la 56e avec une décision bien malheureuse de Massimo Busacca. L'arbitre entendait sans doute lui aussi être l'un des acteurs de ce match des étoiles. Il tenait toutefois le mauvais rôle en brandissant un second carton jaune à Van Persie que rien ne justifiait. Sa réputation de meilleur arbitre du monde a pris un sacré coup au Nou Camp. Monsieur Busacca ne sera plus le bienvenu à Londres pendant un certain temps !

(afp)