Football

08 novembre 2018 13:15; Act: 08.11.2018 13:23 Print

Chantage à la sextape: Benzema n'en a pas fini

La cour d'appel de Paris a rejeté la requête en nullité de l'attaquant du Real Madrid, toujours mis en examen.

storybild

Mathieu Valbuena et Karim Benzema (à dr.) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Karim Benzema n'est toujours pas tiré d'affaire: la justice a validé jeudi l'enquête dans l'affaire du chantage à la sextape de Mathieu Valbuena dans laquelle il est mis en examen, ouvrant ainsi la voie à un éventuel procès.

La cour d'appel de Paris a rejeté la requête en nullité de l'attaquant du Real Madrid, dont la défense dénonçait les agissements d'un policier agissant sous couverture comme intermédiaire entre Mathieu Valbuena et les maîtres-chanteurs présumés. Mais l'avocat de Benzema, Me Sylvain Cormier, a aussitôt fait part de son souhait de se pourvoir en cassation. «Je crois qu'on a affaire à une cour d'appel qui a voulu faire de la résistance, comme ça arrive parfois», a-t-il déploré, dénonçant une «caricature de manoeuvres déloyales» de la part des enquêteurs.

En juillet 2017, la Cour de cassation avait donné raison à la défense et annulé tout un pan de la procédure, affaiblissant l'enquête ouverte en 2015. Le conseil de Mathieu Valbuena, Me Paul-Albert Iweins, a au contraire salué cette décision. «La procédure se poursuit, et je m'en réjouis pour M. Valbuena qui souhaite que la vérité judiciaire soit faite publiquement dans ce dossier», a-t-il déclaré.

Cissé impliqué

Cette affaire, dans laquelle six personnes sont mises en examen, a coûté sa carrière internationale à Karim Benzema, plus jamais rappelé en Bleu depuis novembre 2015, tout comme Mathieu Valbuena, ancien joueur de l'OM et de l'Olympique lyonnais et qui évolue aujourd'hui en Turquie, à Fenerbahçe.

Outre l'attaquant du Real Madrid, cinq autres personnes sont inculpées, dont l'ancien international Djibril Cissé. Les cerveaux présumés du chantage Mustapha Zouaoui et Axel Angot, gravitant dans le milieu du football, sont soupçonnés d'avoir dérobé la vidéo intime de Mathieu Valbuena et d'avoir ensuite essayé d'en tirer profit.

On leur reproche d'avoir tenté d'approcher Valbuena d'abord par le biais de Djibril Cissé, puis par Younes Houass, un homme ayant lui aussi des contacts chez les footballeurs. Il est celui qui échangeait avec «Lukas», le policier agissant sous couverture. Selon sa défense, il n'a jamais eu la vidéo entre les mains et n'a jamais évoqué de sa propre initiative de question d'argent avec son interlocuteur.

Enfin, les maîtres-chanteurs présumés ont approché Valbuena grâce à Benzema en le contactant par le biais de son ami d'enfance Karim Zenati, lui aussi mis en examen

«Entêtement judiciaire»

Si Benzema n'a jamais été en contact direct avec «Lukas», son avocat avait invoqué à l'audience en octobre la théorie des «dominos»: «Si vous enlevez le début d'une enquête, si ses actes initiaux sont entachés d'irrégularités, eh bien l'ensemble doit tomber».

«Il était évident qu'il y avait des manipulations policières dans cette affaire et c'est dans ces conditions que toute la procédure a été viciée», a martelé à nouveau jeudi Me Cormier. Pour son confrère Samim Bolaky, avocat de Younes Houass, «on reste dans le même entêtement judiciaire». «Aucune contrepartie financière, aucune menace, qui sont les éléments constitutifs de l'infraction de chantage, n'étaient évoqués avant l'intervention du policier», avait-il rappelé en octobre.

Son client a donc porté plainte contre X et contre l'enquêteur infiltré pour «faux et usage de faux». Une plainte parvenue mardi au parquet de Nanterre. La décision de la cour d'appel «contraint tout le monde à aller devant la Cour de cassation. Si celle-ci confirme sa position de 2017, ça permettra à tout le monde d'en avoir terminé avec cette affaire», a déclaré Me Bolaky.

Sylvain Cormier a cependant déploré un rallongement de la procédure après cette décision. «Le dossier va être en suspens pendant plus d'un an», a-t-il estimé.

Football

(nxp/afp)