Football

27 février 2019 10:58; Act: 27.02.2019 11:51 Print

Cinq entraîneurs corrompus virés par GC

par Sport-Center - Les fautifs ont accepté de l'argent de certains parents pour favoriser la progression de leur enfant.

storybild

Du rififi au GC Campus, à Niederhasli. (Photo: Keystone)

Une faute?

Une vaste affaire de corruption a conduit la direction de Grasshopper à se séparer de cinq de ses entraîneurs juniors. Ces derniers auraient accepté de l'argent de certains parents pour favoriser la progression de leur fils!

C'est le «Tages Anzeiger» qui, mardi, a révélé l'affaire. Mais il n'était alors fait état que d'un entraîneur renvoyé, au motif d'avoir intégré un joueur au cadre espoirs du club en échange d'espèces sonnantes et trébuchantes versées par les parents du joueur en question.

Le «Blick» a cependant poussé l'enquête encore plus loin, et au final, il apparait que ce sont cinq entraîneurs juniors qui se sont fait renvoyer le mois dernier, l'un d'eux ayant fait partie du staff de l'entraîneur de la première équipe Thorsten Fink jusqu'à la fin de l'année passée.

Le directeur sportif de GC Mathias Walther a confirmé ce chiffre: «C'est juste», a-t-il simplement admis. Le club zurichois n'entend pas mettre ces cinq entraîneurs au pilori et a donc choisi de ne pas divulguer leurs noms.

30'000 francs par année

La palette des infractions commises par les cinq entraîneurs indésirables est vaste. L'un d'eux a organisé des camps d'entraînement privés supplémentaires. Un autre aurait été très proche d'un agent de joueurs. D'autres auraient donné des séances d'entraînement privées supplémentaires à certains juniors et accepté de l'argent des parents de ces juniors.

Selon les informations de Blick, la somme avoisinerait les 30'000 francs par année. Les parents payeurs attendaient en retour que leur fils soit titulaire le week-end en match, puis privilégiés tout au long du chemin menant au football pro.

«On ne pouvait ni ne voulait continuer ainsi, a expliqué Roman Hangarter, directeur du Centre de formation de Grasshopper. Ces entraîneurs dépendaient directement des parents ou des agents de joueurs. Or, le plus important à nos yeux, c'est qu'un entraîneur puisse décider de manière totalement indépendante et ne privilégie personne.»

La direction du club zurichois a alors placé les entraîneurs fautifs devant un choix clair: entraîner à GC ou (re)prendre leur indépendance. «De fait, tous ont quitté le club.»

Football

(nxp)