Football

16 février 2019 21:36; Act: 16.02.2019 21:53 Print

Dans la douleur, le dernier adieu à Emiliano Sala

Parents, amis, émissaires de Nantes, Bordeaux et Cardiff, habitants de Progreso, sont venus samedi par centaines s'incliner sur le cercueil du footballeur tragiquement disparu.

storybild

Le cercueil était recouvert de fleurs et d'un drapeau rouge et noir, les couleurs de San Martin. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Dans le gymnase du club de San Martin, son premier club, où il a joué dix ans, une chapelle a été improvisée. Le cercueil était recouvert de fleurs et d'un drapeau rouge et noir, les couleurs de San Martin. Derrière le cercueil, une photo de deux mètres de haut du joueur avec le maillot du FC Nantes, une main sur le cœur. À la fin de l'hommage, les enfants en tenue du club ont formé deux haies d'honneur vers le corbillard.


Nicolas Pallois, joueur de Nantes, le frère, le père et des amis d'Emiliano Sala portaient le cercueil. Pendant plusieurs minutes, des applaudissements ont retenti, jusqu'à ce que le convoi quitte Progreso pour le Crématorium. Depuis que le petit avion privé qui transportait le joueur de 28 ans entre Nantes et Cardiff a disparu le 21 janvier, le village de 3 000 habitants retient sa respiration, ses habitants s'excusent parfois de rire.

Extirpé de l'épave, avant d'être identifié, le corps de Sala a été rapatrié en Argentine vendredi. La dépouille du pilote n'a toujours pas été retrouvée. «C'est dur de voir son cercueil», lâche, ému, le maire de Progreso, Julio Muller. «Il représentait beaucoup pour nous, c'était un garçon impeccable. Ici, on adore le foot et c'était le seul à avoir pu devenir un joueur professionnel. Et en Europe! Alors il faisait l'admiration de tous».

«C'était très émouvant»

Devant le siège du club San Martin, une banderole dit: «Emi, tu ne marcheras jamais seul», reprenant le mot d'ordre du club de Liverpool. Marcelo Vada, son entraîneur en Argentine de 15 à 20 ans, aujourd'hui entraîneur des U17 à Bordeaux, a les yeux rougis par les larmes. «Je suis détruit. Ce n'est pas un footballeur à qui je viens rendre hommage, mais à un homme extraordinaire, un guerrier». «Emi c'était un peu comme mon fils, il a vécu à la maison. La veille de sa mort, se souvient-il, il m'a appelé pour m'inviter au match contre Arsenal, en me promettant de m'offrir son maillot».

«C'était très émouvant, tout le village est venu et des gens ont fait le déplacement de toute la province», confie Rosa Lezcano, 50 ans, qui allait à l'école avec la mère du footballeur. À Progreso, on se souvient d'Emi à bicyclette, de ses footings, de ses buts. Quand il marquait dans le championnat de France, le défi permanent était de dénicher une vidéo de l'action de but.

L'entraîneur de Cardiff Neil Warnock a fait le voyage pour présenter ses condoléances à la famille. Même s'il n'a jamais joué pour Cardiff, «c'était mon joueur, souligne-t-il, je l'avais fait signer. Nous avons eu deux ou trois conversations, et il m'avait dit qu'il marquerait les buts qui nous maintiendraient en Premier League».

Football

(afp)