Football

13 avril 2019 20:41; Act: 13.04.2019 21:48 Print

Dortmund assure l'essentiel dans la douleur

Vainqueur 2-1 de Mayence samedi, l'équipe de Lucien Favre (re)prend provisoirement la tête du championnat d'Allemagne.

storybild

Sancho (à dr.) a inscrit un doublé pour le Borussia. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Borussia Dortmund s'est fait très peur mais a repris provisoirement la tête de la Bundesliga en battant Mayence 2-1 samedi, grâce à un doublé de Jadon Sancho.

Le Bayern, qui compte deux points de retard, devra l'emporter dimanche à Düsseldorf (15h30) pour repasser devant au soir de la 29e journée, alors qu'il ne restera plus que cinq matches à disputer.

Aux buts du jeune prodige anglais Sancho (17e et 24e), Mayence a répondu par Robin Quaison (83e). Archi-dominateur en première période, Dortmund s'est peu à peu décomposé après la pause et n'a dû qu'à la chance et à son gardien Roman Bürki de conserver les trois précieux points de la victoire. Au coup de sifflet final, le «Mur Jaune», les 25.000 supporters debout de la tribune sud, ont fait une ovation à leur gardien.

«Honnêtement, ce n'était pas notre plan que Roman soit notre sauveur ce soir», a déclaré le capitaine Marco Reus, «Mayence était mort, pour ainsi dire, et je ne m'explique pas pourquoi nous avons lâché en deuxième période et nous les avons laissé jouer».

Tout le monde se demandait, au coup d'envoi, comment le Borussia aurait surmonté le 5-0 encaissé samedi dernier contre le Bayern. Lucien Favre, l'entraîneur, avait admis que l'humiliation avait été «dure à digérer».

Zagadou sur le banc

Critiqué à Munich pour ses choix tactiques, le Suisse était revenu pour ce match de la rédemption à ses fondamentaux. Il avait réintégré Mario Götze en pointe et rendu à Marco Reus sa liberté d'animateur de l'attaque, après l'avoir bridé dans un rôle d'avant-centre qu'il n'aime pas contre le Bayern.

Il avait aussi laissé sur le banc le jeune défenseur Français Dan-Axel Zagadou, qui avait totalement sombré dans le «Klassiker».

Poussés par un Signal Iduna Park en feu dès avant le coup d'envoi, comme pour leur rappeler qu'ils ont encore le titre à portée de la main, les Borussen sont très bien entrés dans le match, bien aidés par la faiblesse de Mayence, frileux et passif durant les 45 premières minutes.

Après avoir touché le poteau (Götze, 5e) et obligé le gardien de Mayence à une énorme parade (Bruun-Larsen, 14e), le Borussia a ouvert le score par Sancho, à la reprise d'un centre en profondeur de Götze (1-0, 18e). Six minutes plus tard, le même Sancho a récidivé.

A 2-0 à la pause, et au vu du scénario, on aurait pu croire le match plié. Mais Mayence est revenu sur le terrain avec plus d'agressivité, tandis que Dortmund avait laissé au vestiaire sa concentration et sa maîtrise de la première période.

«Nous avons eu peur»

Le combat a changé d'âme, et les coéquipiers de Marco Reus ont eu de la chance. Mayence a pressé, Karim Onisiwo a touché le cadre (63e), et le gardien du Borussia Roman Bürki a ensuite accumulé les exploits.

«On a fait un super-match dès le début, mais lorsqu'ils sont revenus à 2-1, nous avons eu peur, nous sommes restés repliés et nous ne sommes plus allés dans les duels», a tenté d'expliquer Bürki.

Le but de Robin Quaison était mille fois mérité, mais il est arrivé trop tard (2-1, 83e). Dimanche, le Bayern n'aura pas le droit de se déconcentrer à Düsseldorf. Après un début de saison catastrophique, le Fortuna fait une bonne deuxième partie de championnat et reste sur deux victoires probantes, 3-1 à domicile contre Mönchengladbach et 2-1 à Berlin contre le Hertha.

Dans les autres matches de ce samedi, Leipzig a fait un grand pas vers la Ligue des champions en s'imposant 2-0 à domicile contre Wolfsburg: le RB est seul troisième avec 7 points d'avance sur Mönchengladbach, cinquième et premier non qualifié pour la compétition reine.

Football

(nxp/afp)