Malte - Suisse

07 février 2011 19:56; Act: 07.02.2011 20:10 Print

Dzemaili, un retour qui fait du bien

Absent des cadres depuis avril 2009, Blerim Dzemaili sait qu'il doit faire fort contre Malte, pour son retour en équipe de Suisse.

Une faute?

Le demi de Parme pourrait offrir à Ottmar Hitzfeld une intéressante solution dans un axe par trop souvent privé d'idée et d'impact.

Beaucoup se prennent ainsi à rêver de la reconstitution du duo Dzemaili-Inler qui avait fait les beaux jours du FC Zurich de Lucien Favre. Le joueur de Parme n'en est pas encore à ce stade. «Revenir en équipe nationale, c'est beau, explique-t-il simplement dans un large sourire. J'ai traversé des temps difficiles et je me réjouis de cet honneur.»

Dzemaili, qui fêtera ses 25 ans en avril, collectionne les coups durs depuis le début de sa carrière. Victime d'une rupture des ligaments croisés du genou droit début 2007, alors qu'il venait de s'engager pour la saison suivante à Bolton, le Zurichois a mis du temps à revenir, entre traversée du désert en Angleterre, relégation en Italie avec le Torino et signature définitive compliquée, en août 2009, à Parme. Où, désormais, il rayonne.

Son manque de temps de jeu lui avait fait manquer l'Euro 2008, après avoir suivi la Coupe du monde 2006 depuis le banc des remplaçants. Toujours en 2008, c'est un problème de ménisque qui le freine. En février 2010, ses ligaments cassent à nouveau. Verdict: pas de Coupe du monde. «Une immense déception», confie-t-il.

Son retour dans le groupe d'Ottmar Hitzfeld, le Parmesan aurait dû le fêter l'été dernier en Autriche, sans une nouvelle blessure, au pied cette fois. Epargné depuis, Dzemaili enchaîne les bonnes performances (19 matches dont 16 comme titulaire). «M. Hitzfeld m'a toujours dit qu'il me suivait de près. A moi de me faire une place dans cette équipe. En tant que revenant, je ne peux pas d'entrée montrer mon vrai caractère (ndlr: que l'on sait très fort). Mais je dois briller mercredi. Ce match (nldr: son 11e international) est très important pour moi.»

Et il l'est pour l'équipe de Suisse en général, qui n'a pas trouvé en Inler et Schwegler un duo suffisamment percutant dans le rond central. Le volume de jeu de Dzemaili peut solutionner bien des problèmes persistants.

(ats)