Super League

28 septembre 2014 21:42; Act: 28.09.2014 21:48 Print

Frédéric Chassot quitte un navire qui tangue trop

par Laurent Morel, Vaduz - Dans la principauté, le FC Sion a concédé dimanche sa 5e défaite de rang en Super League. L’entraîneur s’en va.

storybild

L'ancien attaquant de Neuchâtel Xamax et de Zurich a décidé d'arrêter les frais. (Photo: Keystone/Gian Ehrenzeller)

Sur ce sujet
Une faute?

Les ordres du commandant ne passaient plus sur le bateau valaisan. Au Liechtenstein, Frédéric Chassot a donc vécu sa dernière expérience à la barre du FC Sion, où il formait un duo avec Jochen Dries. Vu la situation que traverse le club, le Fribourgeois a préféré démissionner après la défaite d’hier (1-0). «Il faut provoquer un déclic, essayer quelque chose pour faire évoluer la situation actuelle», a déclaré le technicien au «Nouvelliste». Il était devenu coach à Tourbillon en début de saison pour parer la défection de l’Italien Claudio Gentile.

«Il m’a dit qu’il pensait ne plus avoir les mots justes, a expliqué Christian Constantin. Il n’arrivait plus à faire marquer l’équipe.» Le président, qui prévoyait du changement, a pris acte. Chassot restera directeur sportif, mais l’avenir de Dries est plus flou. L’Allemand, propulsé à la tête de l’équipe grâce aux diplômes d’entraîneur que Chassot n’avait pas, pourrait assurer l’interim.
«Je ne sais pas encore comment nous allons fonctionner», avoue Constantin. On va faire du provisoire tout en essayant de trouver quelqu’un de fiable rapidement.» Le nom de René Weiler, qui a quitté Aarau cet été, circule en Valais. Constantin assure ne pas avoir eu de contact avec lui depuis la saison passée. Le boss va devoir faire vite car le prochain match face à la lanterne rouge Lucerne dimanche s’annonce capital pour éviter que le navire coule. Sion est désormais 9e du classement, et affiche, avec sept buts en dix rencontres, la pire attaque de Super League.

Steven Deana, qui aurait pu être le héros du match dans la principauté après avoir arrêté un penalty, peine à trouver des explications. «Dans d’autres circonstances, on se serait imposés», a-t-il philosophé.