Lausanne-Sport

19 mai 2014 15:41; Act: 19.05.2014 15:41 Print

Gabriele: «Je suis un coach qui aime le beau jeu»

par J.-Ph. Pressl-Wenger - Le club a annoncé l’engagement pour une saison de Francesco Gabriele au poste d’entraîneur de la 1re équipe. Formateur, il a déjà ses idées sur ses premiers pas à la Pontaise.

Une faute?

A 37 ans, Francesco Gabriele a déjà bourlingué. Il a dirigé Baden en première ligue et Bellinzone en Challenge League. L'Italien a aussi été actif à Aarau, où il avait la charge de l'équipe M18. Dernièrement, il a tâté de la Super League en étant l'assistant d'Urs Fischer à Thoune. Joint par téléphone, il a livré ce qui le guidera.

Francesco Gabriele, comment avez-vous réagi à votre engagement au LS?

Avant tout, je dois vous dire que je me réjouis du défi qui m'attend. Je suis flatté que le président m'ait choisi. Représenter une ville et un club comme Lausanne, qui a une belle histoire dans le foot suisse, ça me plaît.

Quels sont les valeurs que vous voulez apporter au club?

Il y en a trois, et elle sont fondamentales: le travail, la passion et la solidarité. J'entends par travail, une action honnête. On peut se regarder en face. La passion n'a pas besoin d'explication et la solidarité doit être partout. Dans le club à tous les niveaux, sur le terrain et autour du stade. Même si je sais que les supporters sont déçus, je peux déjà leur envoyer un message. Beaucoup de grands clubs sont tombés, l'important reste de se relever et de repartir, ensemble.

Au niveau sportif, quelle est votre vision du football?

Je suis un coach qui aime le beau jeu. Mais avant d'aller plus loin, je dois me rendre compte de quoi mon effectif sera fait. Tout n'est pas encore connu.

A quoi ferez-vous particulièrement attention?

Lorsqu'un club est relégué, l'adaptation aux caractéristiques de la Challenge League est parfois difficile. J'en ai fait l'expérience lors de mon passage à Aarau. Il avait fallu l'arrivée de René Weiler sur le banc pour que la débandade s'arrête.