Football

16 juillet 2019 19:38; Act: 16.07.2019 19:38 Print

Il aurait voulu s'appeler Tottenham, on le lui refuse

Un trentenaire suédois espérait changer son nom à la gloire de son équipe de football préférée. Ça ne sera pas possible.

Une faute?

David Lind, un citoyen de Kumla, à l'ouest de Stockholm, est un fan inconditionnel de l'équipe de Tottenham Hotspur, en première division anglaise. Après le brillant parcours de la formation londonienne la saison dernière, en particulier en Champions League, où les Spurs ont atteint la finale, Lind a tenu à rendre hommage à ses héros en changeant son nom en Tottenham.

Le Suédois de 39 ans était l'un des trois gagnants d'un concours ouvert à des gens qui envisageaient de modifier leur nom pour adopter celui de leur club britannique préféré. L'homme a donc immédiatement envoyé son formulaire à l'autorité nationale compétente en la matière. A sa grande déception, il a reçu une réponse négative quelques semaines plus tard.

«C'est très triste, a commenté le supporter dans le quotidien «Nerikes Allehanda». On dirait qu'on peut s'appeler n'importe comment en Suède, mais pas Tottenham. Il y a beaucoup de gens avec des noms bizarres, y compris Pomme de terre. Peut-être que la personne en charge de ça est fan d'Arsenal (ndlr: autre club de Londres, rival des Spurs)?»

Guiseley ou Bajen avaient passé

La réalité est toutefois beaucoup moins tordue, comme l'a expliqué un porte-parole de Skatteverket, le service gouvernemental concerné. Une nouvelle réglementation est en effet entrée en vigueur en 2017. Les possibilités de choix d'un prénom sont désormais beaucoup plus strictes, pour éviter les dérapages. Ainsi, le Suédois qui s'était fait baptiser Jacob Guiseley Ahman-Dahlin après être tombé amoureux du club de Guiseley, en 6e division anglaise, ne pourrait plus le faire de nos jours. «Si vous trouvez quelqu'un qui s'appelle Arsenal en Suède, le changement a probablement été fait avant 2017, a déclaré le communicant. Dans la loi de 1982, vous pouviez vous appeler plus ou moins n'importe comment. Il y a par exemple une soixantaine de gens qui se nomment Bajen (ndlr: un surnom du club suédois de Hammarby). Tottenham n'est pas construit de façon appropriée pour faire office de nom en Suède.»

Déterminé à ne rien lâcher, David Lind entend faire appel de cette décision. A suivre...

Football

(Sport-Center)