Nati

28 juillet 2014 21:09; Act: 28.07.2014 20:12 Print

Inler: «Si Petkovic le veut, je serai son capitaine»

par Grégory Beaud - Depuis la fin du Mondial, le meneur de jeu de la Nati a repris sa routine avec Naples. Le 6 août prochain, il disputera un match de gala à Genève, contre Barcelone.

storybild

Inler est un des maîtres à jouer du Napoli. (Photo: Keystone/AP/Tano Pecoraro)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis l'élimination rageante face à l'Argentine en huitième de finale de la Coupe du monde au Brésil, Gökhan Inler a pu se ressourcer. Vainqueur de la Coupe d'Italie avec Naples, il est prêt pour une nouvelle saison avec son club et le début d'une nouvelle ère en équipe de Suisse, avec l'arrivée de Vladimir Petkovic à la place d'Ottmar Hitzfeld.

Gökhan Inler, avez-vous digéré cette défaite face à l'Argentine?

Je ne dirais pas cela ainsi. Aujourd'hui, je suis capable de ressentir une certaine fierté. La Suisse a fait mieux que se défendre face au futur finaliste de la Coupe du monde. Il ne nous a pas manqué grand-chose pour arriver aux tirs au but, où tout aurait été possi­ble. La frustration est toujours présente, mais elle s'efface.

Vous étiez le prolongement d'Ottmar Hitzfeld sur le terrain. Comment appréhendez-vous l'arrivée de Vladimir Petkovic?

Impatiemment. C'est un entraîneur réputé qui a réalisé de belles choses avec Young Boys et la Lazio. Tout le monde aura à cœur de l'aider à effectuer une transition sans difficulté.

Seriez-vous prêt à prendre à nouveau le capitanat?

Sans hésitation. Si Petkovic le veut, je serai son capitaine. Tout le monde me respecte dans le vestiaire. Je crois que cette équipe a une belle marge de progression et je serais ravi d'en être le capitaine. J'ai apprécié avoir ce rôle.

Revenons à Naples. Qu'attendez-vous de cette saison?

Nous possédons un effectif de qualité avec un coach, Rafael Benitez, qui sait comment gagner des titres.

Est-ce donc «la bonne»?

(Rires.) Je ne peux pas parler en ces termes. Nous sommes des candidats au titre, c'est sûr. Jouons déjà le 1er match.

Le 6 août, vous affrontez Barcelone, à Genève. Une rencontre particulière pour vous...

Je me réjouis de pouvoir évoluer devant les fans suisses. C'est toujours un honneur. J'espère que la rencontre sera spectaculaire. Mais avec un tel adversaire, je n'ai pas trop de doutes.

Si vous deviez transférer un joueur du Barça à Naples, quel serait-il?

(Sans hésiter.) Andres Iniesta.

Il joue à votre poste pourtant...

(Rires.) Rassurez-vous, on trouverait un moyen de s'entendre sur le terrain.

Twitter -> @GregBeaud