Football

25 février 2019 12:01; Act: 26.02.2019 09:11 Print

Kepa Arrizabalaga scandalise l'Angleterre

En refusant d'être remplacé, le gardien de Chelsea a provoqué un tremblement de terre outre-Manche.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une «Mutinerie contre Sarri» pour le Daily Express, l'«Anarchie à Chelsea» titre The Guardian, alors que le «Mirror» barre sa Une avec un «Révoltant»: le geste de Kepa Arrizabalaga, qui a refusé d'être remplacé en toute fin de prolongation lors de la défaite aux tirs au but de Chelsea contre Manchester City en Coupe de la Ligue, est largement condamné par les tabloïds britanniques.

Dans un article publié sur le site internet du Daily Mail, Chris Sutton va même plus loin. «Après ça, Kepa ne devrait plus jamais jouer pour Chelsea. Refuser à tout-prix d'être remplacé est une honte. C'est répugnant. Je n'ai jamais rien vu de tel sur un terrain de football, écrit l'ex-joueur des Blues, désormais consultant pour la «BBC» et «BT Sport». C'est un manque total de respect d'un joueur envers son manager».

Au micro de «Sky Sports», John Terry a aussi fustigé l'attitude du gardien le plus cher de l'histoire (80 millions d'euros). «Cela a mis Sarri dans une situation difficile, je suis surpris qu'il ne l'ait pas forcé à sortir. Si j'avais été dans le vestiaire, j'aurais attendu de l'entraîneur qu'il règle le problème immédiatement. Il va être intéressant de voir comme ça va se passer à l'intérieur du club pendant les prochaines 24 heures», a réagi l'ancien capitaine de Chelsea.

Pensant que son gardien titulaire s'était blessé - ou souffrait de crampes?, Maurizio Sarri a voulu faire entrer son remplaçant Willy Caballero pour la séance de penalties. Kepa a alors refusé de céder sa place et provoqué le courroux de son entraîneur et la stupéfaction dans les travées de Wembley. «À aucun moment je n'ai eu l'intention de désobéir à mon entraîneur ou de contester ses décisions, a écrit l'Espagnol sur les réseaux sociaux, dimanche en fin de soirée.

Dans un tweet, le gardien a tenté de désamorcer le début de polémique. Sans vraiment convaincre. «Je pense que c'est un immense malentendu dans un moment chaud de cette finale. Le coach pensait que je n'étais pas en état de jouer et j'ai voulu lui expliquer que je me sentais bien et que je voulais continuer à aider l'équipe (...) J'ai beaucoup de respect pour mon entraîneur et je respecte son autorité».

Football

(jsa)