Football

01 février 2019 17:12; Act: 01.02.2019 17:47 Print

Koro Kone: «C'est comme une nouvelle saison qui commence pour Servette»

par Daniel Visentini - C'est la reprise avec la venue de Vaduz. Le buteur grenat est d'attaque.

storybild

Koro Kone, prêt à marquer des buts avec Servette, dès la reprise. (Photo: Eric Lafargue)

Une faute?

Dans les coulisses du Stade de Genève, Servette peaufine les derniers détails. Alain Geiger s'en va voir l'état de la pelouse de la Praille, neige oblige en ce vendredi. Pas de problème en vue: il y a 27 kilomètres de tubulaires sous le gazon pour chauffer le revêtement. A moins d'un épisode neigeux sans interruption jusqu'à samedi soir, cela devrait jouer. Les Servettiens sont là, l'air serein, comme avant la pause.

Il y a comme un mot d'ordre qui s'est transmis et que les joueurs portent en bandoulière: humilité. Servette est en tête du classement, il a pratiqué le meilleur football de toute la Challenge League jusqu'à Noël, mais pas question de jouer les gros bras. Tous sont conscients que le chemin est encore long.

Koro Kone le premier. Il a rongé son frein durant une bonne partie de la première phase du championnat pour son problème de permis de travail. Mais la page est tournée et une nouvelle s'ouvre aujourd'hui avec la reprise, contre Vaduz (19 h à la Praille).

«Quelque part, c'est presque le début de saison pour moi, s'amuse l'Ivoirien. Mais c'est en fait la même chose pour tout le monde. C'est comme une nouvelle saison qui débute pour Servette. Et il faut recommencer comme nous avons terminé en 2018, sur les mêmes bases.»

Oublier la pause, retrouver la même dynamique qui portait les Grenat il y a deux mois. «Dans un sens, la pause a un peu cassé notre élan, explique Kone. Mais il faut bien dire aussi qu'elle nous a fait du bien, physiquement et mentalement. Et puis la force de ce groupe, c'est aussi l'ambiance qui y règne. Et sur ce plan, la pause n'a rien changé. Nous avons le mental pour continuer sur notre lancée.»

Et le buteur a sans doute des idées en tête. «Forcément, à ma place, je suis le premier pour viser des buts, sourit-il. Bien sûr que je veux en marquer beaucoup. Mais cette équipe possède plusieurs joueurs capables de faire la différence. C'est une autre force du groupe.»

Côté renforts, Servette n'a pas fait de folie. Les Grenat cherchaient quelqu'un pour le couloir gauche? Ils l'ont trouvé en la personne de Dennis Iapichino. Formé à Winterthour et à Bâle, ce gaucher suisse de 28 ans est prêté par Livourne (Série B italienne).

Il offrira un choix à Alain Geiger sur le flanc gauche, là où Servette en avait besoin. «Servette est une équipe qui aime jouer et avoir la possession de la balle, lance le nouveau venu. J'aime ça. Je pourrai apporter quelque chose offensivement.» Surtout, il va ouvrir deux options pour Geiger: jouer avec Iapichino à la place de Séverin, en tout cas les mettre en concurrence sur le poste de latéral gauche. Mais aussi évoluer avec Séverin en latéral et Iapichino en milieu gauche. Cela permettrait à Cognat de retrouver sa place de prédilection dans l'axe au milieu. À voir.

Même s'ils ne le disent pas ouvertement, les Servettiens sont tous mobilisés pour repartir du bon pied. Ils ont une petite avance qui permet un faux pas, c'est vrai. Mais pour relancer la machine et s'inscrire dans la bonne dynamique, il faut une victoire ce samedi contre Vaduz.

Football

(nxp)