Football

06 juillet 2018 13:18; Act: 06.07.2018 13:19 Print

L'ASF questionne la présence des binationaux

Par la voix de son secrétaire général Alex Miescher, l'ASF ouvre le débat sur les joueurs qui possèdent la double nationalité.

storybild

Parmi les onze titulaires de la Suisse, de nombreux joueurs possèdent la double nationalité. (Photo: Keystone)

Une faute?

Deux jours après l'élimination douloureuse contre la Suède en huitième de finale de la Coupe du monde, l'Association suisse de football (ASF) a décidé de réorienter la discussion sur la double nationalité des joueurs de l'équipe de Suisse.

Un statut de binational qui concerne 15 des 23 joueurs sélectionnés pour le Mondial. «Les incidents ont montré qu'il y a une problématique», avance le secrétaire général de l'ASF, Alex Miescher, qui fait notamment référence aux gestes de Xherdan Shaqiri, Granit Xhaka et Stephan Lichtsteiner contre la Serbie.

Celui qui est politicien PDC au niveau local propose même: «La Fédération pourrait ouvrir les portes du programme de formation seulement aux jeunes joueurs qui renoncent à leur double nationalité.»

De rares précédents

Une solution radicale - jamais discutée officiellement - qui aurait pour but d'empêcher les talents de profiter du système de formation suisse avant de choisir un autre pays.

Si ce cas de figure s'était présenté avec les choix d'Ivan Rakitic (Croatie), Mladen Petric (Croatie) et Zdravko Kuzmanovic (Serbie), la plupart des binationaux ont choisi d'évoluer avec l'équipe de Suisse ces dernières années (Embolo, Movgo et Akanji notamment).

Pour Alex Miescher, il faut des garanties: «On entend beaucoup de promesses. Et puis, le joueur atteint l'âge de 21 ans et décide de jouer pour un autre pays car il a plus de chances d'être en vue au niveau international. Je trouve ça gênant qu'on ne soit pas en position de force», explique-t-il.

Football

(SportCenter)