Ligue des champions

14 mars 2011 17:43; Act: 14.03.2011 18:04 Print

L'Inter pour toute l'Italie

L'Inter Milan abattra la dernière carte de l'Italie en Ligue des champions mardi à Munich. Les tenants du titre iront défier le Bayern en 8e de finale retour, après s'être inclinés 0-1 à l'aller.

Une faute?

Le Bayern Munich, qui n'a plus que la Ligue des champions pour gagner un trophée cette saison, veut sa revanche de la défaite en finale de la dernière C1 contre l'Inter (2-0). Vainqueur à l'aller, il n'a plus qu'à finir le travail. Mais l'Inter y croit, et défend l'honneur du football italien dont il est le dernier représentant.


Le Bayern va mieux après sa "descente aux enfers" depuis sa victoire à l'aller, avec l'élimination de la Coupe d'Allemagne et deux défaites cinglantes contre Dortmund et Hanovre. Trois défaites d'affilée, une première depuis dix ans... Mais un set sec 6-0 contre Hambourg, samedi, a effacé les doutes. Franck Ribéry a été très bon (un but, un +csc+ provoqué), Arjen Robben exceptionnel (un triplé), les +Robbéry+ semblent prêts pour le défi européen.


L'Inter au contraire a brillé en championnat après sa défaite de l'aller (deux victoires) puis a calé ce week-end, concédant le nul 1-1 chez l'avant-dernier, Brescia. Mais les Nerazzurri sont encore concernés par toutes les compétitions, encore en course pour le titre national et la Coupe: tout l'effectif est mobilisé, quand le Bayern n'a plus qu'un seul trophée en tête, et la course à la 2e place en Bundesliga pour être sûr de revenir en C1.


Manchester United partira favori dans l'autre match de mardi face à Marseille, qui n'avait pu faire mieux que 0-0 à l'aller au Vélodrome. Imprévisible dans son comportement, l'OM a pourtant les moyens sur le papier de bousculer ManU, grand d'Europe, guère flambant depuis quelques semaines.


Mardi, Marseille devra d'abord reproduire sa performance défensive du match aller. Ce qui n'est pas garanti, comme le Vélodrome a pu le constater pas plus tard que la semaine dernière dans un autre choc, contre Lille, dont la vivacité a dérouté l'arrière-garde marseillaise (défaite 2-1). Bien défendre ne suffira pourtant pas. Car Rooney, Nani, Berbatov ou Giggs, portés par leur public, ont toutes les chances de trouver la faille.

(ats)