Mondial 2022 au Qatar

01 juin 2011 10:23; Act: 01.06.2011 10:46 Print

La Fédération allemande veut un réexamen

La Fédération allemande de football (DFB) s'est prononcée mercredi pour un réexamen de la procédure d'attribution du Mondial-2022 au Qatar, en raison de soupçon de corruption.

storybild

La désignation du Qatar a été entachée de soupçon de corruption. (Photo: Keystone/AP)

Une faute?

Le président de la Fédération allemande de football (DFB) Theo Zwanziger s'est prononcé mercredi pour un réexamen de la procédure d'attribution du Mondial-2022 de football au Qatar, en raison de soupçon de corruption.

«D'après tout ce que j'ai entendu et lu -- et j'ai sciemment beaucoup lu ces derniers jours, avec une perspective étrangère, et je me suis imprégné de tout ça --, je dois partir du principe qu'il y a un degré considérable de soupçons qu'on ne peut pas tout simplement balayer», a déclaré M. Zwanziger dans une interview à la chaîne de télévision publique ZDF, en réponse à une question évoquant le Mondial attribué au Qatar.

Réélection controversée

«C'est pourquoi je dois partir du principe qu'il faut réexaminer sous cet angle ce Mondial, l'attribution de ce Mondial», a-t-il ajouté.

«Quant à savoir comment cela s'est décidé, je ne veux pas m'exprimer là-dessus tant que je n'en sais pas plus sur les faits. Je viens de l'extérieur, je n'étais pas membre de l'exécutif» qui a attribué ce Mondial au Qatar fin 2010, a ajouté M. Zwanziger.

Il était interrogé depuis Zurich où se tenait ce mercredi un congrès de la Fédération internationale de football (Fifa), avec au menu la réélection prévue et controversée de son chef Joseph Blatter, sur fond de soupçons de corruption et d'enquêtes internes.

M. Blatter, 75 ans, est le seul candidat en lice. Ses opposants ne peuvent espérer faire basculer une élection. Tout au plus peuvent-ils demander un report du scrutin, comme l'a fait mardi la Fédération anglaise de football, suivie par l'Ecosse.

Interrogé sur la réélection de M. Blatter, Theo Zwanziger a indiqué qu'il voterait pour lui parce qu'«il n'y a pas d'autre alternative», mais en plaidant pour un vote secret et non par acclamation, afin que ce vote soit «honnête».

Blatter n'est pas «l'homme de l'avenir»

Joseph Blatter «n'est sûrement pas l'homme de l'avenir» pour la Fifa, a dit M. Zwanziger. Et «ce qui s'est passé au cours des dernières semaines est un scandale». Mais «je ne peux pas ne pas voter pour lui sur la base de soupçons. Il est le seul candidat», a martelé le chef de la Fédération allemande, en soulignant qu'«il nous faut un président élu avec une majorité de voix».

«En quoi cela aiderait-il de reporter le vote, comme l'a demandé la Fédération anglaise?», a encore lancé M. Zwanziger. On ne peut pas laisser la Fifa «sans tête» dirigeante, a-t-il argué.

Le Suisse Blatter, président en exercice de la Fifa depuis 1998, briguait mercredi un quatrième et dernier mandat.

Des accusations de corruption ont été lancées à plusieurs reprises contre l'attribution de la Coupe du Monde de football 2022 au Qatar, sur la base notamment d'une enquête de l'hebdomadaire britannique Sunday Times. Ces accusations ont été répétées en mai devant un commission d'enquête parlementaire britannique.

L'Angleterre était candidate à l'organisation du Mondial 2018. Elle a été éliminée dès le premier tour d'un scrutin remporté par la Russie, tandis que le Qatar était désigné pour l'édition 2022.

(afp)