Football - Euro 2017

25 juillet 2017 08:34; Act: 25.07.2017 10:36 Print

La France, cet eldorado pour footballeuses

La Division 1 française est la ligue qui paie globalement le mieux ses joueuses. Mais ces rémunérations n'ont rien à voir avec celles des messieurs.

storybild

A Lyon, l'Américaine Alex Morgan a touché un des plus gros salaires de tous les temps pour une femme. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

Mercredi soir, à Breda, la Suisse affrontera la France dans un match décisif pour la qualification en quarts de finale de l'Euro féminin. Ce match, ce sera un peu «deux salles, deux ambiances», tant les internationales françaises et suisses ne connaissent pas le même traitement au quotidien.

En décembre dernier, l'Olympique lyonnais de Jean-Michel Aulas s'est offert à prix d'or les services de l'Américaine Alex Morgan, pour un salaire énorme à l'échelle du football féminin. Mais aussi, et seulement, pour une pige de six mois. L'attaquante américaine de 28 ans, une des plus grandes stars de la discipline, a obtenu un revenu jusqu'ici quasiment jamais vu: la bagatelle de 30'000 euros par mois.

C'est certes cinq fois moins annuellement que ce que gagne l'Argentin Ezequiel Lavezzi en... une semaine au Hebei China Fortune, en Chine. Mais la joueuse américaine se rattrape un peu grâce à ses contrats publicitaires. Puisque le «soccer» est le sport le plus populaire aux États-Unis, la Californienne termine l'année avec quelque trois millions de dollars sur son compte en banque. Ses 3,2 millions de followers sur Twitter et ses plus de 5 millions d'abonnés sur Instagram n'y sont certainement pas pour rien.


Me and my babes in St Tropez. Le Triplé!

Une publication partagée par Alex Morgan (@alexmorgan13) le


En France, deux clubs dérégulent totalement le marché local. Le Paris St-Germain et l'Olympique lyonnais se sont affrontés en finale de la Champions League féminine (0-0, 7-6 tab pour l'OL) la saison dernière et se promènent, en compagnie de Montpellier, au sommet des tabelles de la Division 1. Mais ces formations ont des moyens démesurés par rapport à la concurrence et offrent des rémunérations rares au niveau du football féminin mondial. Car le salaire moyen d'une professionnelle en D1 française est de quelque 4000 euros mensuels. Dix fois moins que chez ces messieurs tout de même.

Dans l'Hexagone, les stars du jeu de ballon au féminin vivent bien de leur activité. La défenseure centrale de l'OL Wendie Renard gagne environ 15'000 euros par mois. Sa coéquipière germano-hongroise Dzsenifer Marozsán émerge à quelque 12'000 euros mensuels. A Paris, la magnifique Laure Boulleau touche près de 140'000 euros par saison, tandis que sa coéquipière Laura George a plus de 200'000 euros sur son compte en fin de saison.

Marta au top?

Le plus gros salaire de l'histoire du foot féminin semble être celui de la Brésilienne Marta, qui est allée monnayer ses talents un peu partout autour du globe ces dernières années. Cette saison, avant de partir pour Orlando aux Etats-Unis, elle aurait encaissé près d'un demi-million d'euros au FC Rosengård, en Suède. La «Messi au féminin» a passé sa carrière à courir le cachet, entre son club d'origine au Brésil (Alagoano), pour ensuite passer à Santos, Vasco de Gama, Umeå en Suède, Los Angeles aux États-Unis, Santos au Brésil encore, le Gold Pride et New York en Amérique et de nouveau la Suède à Tyresö.


Aux Etats-Unis, là où le soccer des filles est roi, la masse salariale est encadrée. Comme dans tous les autres sports majeurs locaux. Chaque franchise ne peut pas dépenser plus que 315'000 dollars par saison. Le salaire maximal y est de 41'700 dollars et le minimal de 15'000. Ce n'est donc pas là-bas que les stars pourront faire fortune.

En Angleterre aussi les salaires sont encadrés par une directive de la Ligue (le plus gros revenu est de quelque 70'000 euros). Les meilleures joueuses de Bundesliga - l'un des championnats les plus homogènes du continent et où évoluent de nombreuses internationales suisses - dépassent rarement les 60'000 euros annuels. Au pays, à part au FC Zurich, les Suissesses peuvent espérer au mieux être défrayées de leurs déplacements. Alors de là à imaginer avoir un vrai revenu... Les joueuses à la croix-blanche ont tout intérêt à s'expatrier au plus vite dès qu'elles sont repérées.

(rca)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Theskytrotter le 25.07.2017 10:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben alors !

    Eh bien si les salaires de ces dames est encadré dans les différentes ligues et ne doivent pas dépasser un certain montant, il n'y a plus qu'à faire la même chose chez les messieurs de cette façon fini les caprices de pseudos stars ils ne joueront plus pour un salaire uniquement mais parce que ils aimeront le sport !!!

  • CitoyenFatigué le 25.07.2017 10:50 Report dénoncer ce commentaire

    Triste

    Quand on voit le caractère qu'ont les joueuses... Les pleurnicherie en mode "je me roule par terre en me tenant la jambe parce que le joueur adverse m'a effleuré" n'existe pas dans le football féminin... Et pourtant elles sont mal considérées...

  • Veritas le 25.07.2017 11:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Égalité oui ..

    C'est aux hommes qu'il faut baisser leur salaire et non augmenter celui des femmes. Je vois pas pourquoi un footballeur gagnerait plus qu'un médecin ...

Les derniers commentaires

  • Mane le 25.07.2017 20:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'arbre qui cache l foret

    Les bobo feministe c'est bien d'etre pour l'egalité des sexe mais faut argumenter un peu... ouiiii les filles ne simule pas, pas d'anti jeu....il y a un monde entre le niveau masculin et feminin, je trouve aussi que les footballeur gagne beaucoup beaucoup trop mais la faute a qui ? Personne ne parle des revenue que touche les dirigeant de club a croire qu'il sont là uniquement a depensé et acheter des joueurs chaque année. Un club est a l'image d'une entreprise tu paie un emploie mensuellement et il te rapporte 5 ou 6 fois plus ne serait ce qu'en terme de vente de maillot billet de stade

  • Sebastian Oliveira le 25.07.2017 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    Sebastiano

    Et quand on voit que Monsieur Djibril Cissé se fait 30'000.-/mois pour jouer en 3e division Suisse.....

  • xavier le 25.07.2017 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    question sans réponses

    moi j'ai une question : c'est qui qui regarde ces matchs ? perso : je zappe, mes potes ne regardent pas, les fans que je connais regardent autre choses. les filles que je connais ne regardent pas. certains joueurs que je connais regardent quelques minutes avant de zapper. dans les bars et restos qui laissent normalement les matches, ont enlevé un match foot-féminin pour mettre du tennis. il me semble que les spectateurs ne sont pas fans, ceux qui prétendent aimer cela (aiment le principe ) ,mais regardent difficilement un match en entier.

    • Albert le 25.07.2017 18:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @xavier

      Exact ! Je suis d'accord avec toi ! C'est tres bien qu'il y si du foot féminin et c'est normal ! Mais tout le monde s'en fou à part les familles et proches des joueuses ....

    • titine le 25.07.2017 19:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @xavier

      si les footbaleuses courait néné à l'air je suis sur que les mec se battrait pour regarder les matchs

  • Røbby Hood le 25.07.2017 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ennuyeux

    le problème c est la qualité du jeux et leurs vêtements qui font trop masculin

  • Marcel Gucci-Ott le 25.07.2017 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des pommes et des poires

    C'est pas le même niveau, y'a pas à parler d'égalité