Football

13 avril 2019 16:52; Act: 13.04.2019 17:48 Print

La Juventus devra s'armer de patience

Battue 2-1 samedi sur la pelouse de la Spal, l'équipe turinoise n'est pas encore mathématiquement championne 2018-2019. Rien de grave...

storybild

Barzagli et la Juventus semblent avoir pris l'ascendant sur Petagna et la Spal. Mais l'image est trompeuse. (Photo: AFP)

Une faute?

La Juventus n'avait besoin que d'un point sur le terrain de la Spal pour être de nouveau sacrée championne d'Italie samedi mais, très remaniée, elle a concédé sa deuxième défaite de la saison (2-1) et va devoir patienter.

Les Turinois peuvent encore être sacrés ce week-end, à six journées de la fin du championnat, mais il faudra pour cela que Naples ne batte pas dimanche le Chievo Vérone, lanterne rouge du championnat. Sinon, ce 35e scudetto qui ne fait plus de doute depuis longtemps pourrait arriver la semaine prochaine à l'occasion de la réception de la Fiorentina lors de la 33e journée.

L'Ajax en point de mire

Mais face à la Spal samedi, l'entraîneur turinois Massimiliano Allegri a clairement plus pensé à la Ligue des Champions qu'au championnat. Alors que les bianconeri retrouveront l'Ajax Amsterdam mardi pour un quart de finale retour très incertain après le match nul 1-1 de l'aller, le technicien italien avait en effet laissé au repos la plupart de ses titulaires, Cristiano Ronaldo en tête.

Outre le quintuple Ballon d'Or, Bonucci, Alex Sandro, Pjanic, Matuidi ou Mandzukic ont ainsi passé leur tour, alors que Bernardeschi n'a joué que la toute fin de match, quand la Juve a tenté d'arracher ce point qui valait un titre.

De bric et de broc

Dans le 11 de départ baroque du club piémontais, on trouvait en revanche Barzagli, bientôt retraité, Cuadrado, qui n'avait pas joué depuis plusieurs mois à cause d'une blessure, ainsi que les jeunes Kean et Kastanos et le très jeune Gozzi Iweru (17 ans).

Cette équipe de bric et de broc a pourtant réussi à ouvrir la marque, par Kean à la demi-heure de jeu. Mais Bonifazi (49e) et Floccari (74e) ont renversé la situation, profitant des imprécisions des inexpérimentés turinois.

C'est donc partie remise pour la Juventus, battue pour la deuxième fois seulement cette saison en Serie A. Mais clairement, Allegri n'avait qu'une seule chose en tête: la Ligue des Champions.

Football

(afp)