Football

12 octobre 2019 19:55; Act: 13.10.2019 11:42 Print

La Suisse crucifiée à la 84e à Copenhague

par Robin Carrel, Copenhague - Comme trop souvent, la Nati a craqué sur la fin. Malgré de nombreuses occasions, elle s'est inclinée 1-0 samedi au Danemark.

Sur ce sujet
Une faute?

Ca devient vraiment une vilaine habitude... Sereine pendant les neuf dixièmes de la partie, l'équipe de Vladimir Petkovic a une nouvelle fois craqué sur la fin. Comme à l'aller, comme en Ligue des Nations contre le Portugal, comme contre l'Irlande. Comme d'habitude en fait. Heureusement pour elle, la Suisse garde complètement son destin entre ses pieds, grâce au nul concédé plus tôt dans l'après-midi par l'Irlande en Géorgie (0-0).

En première période, c'est à cause d'un homme si la Suisse n'a pas réussi à ouvrir le score: Kasper Schmeichel. Le portier danois a effectué deux parades exceptionnelles, devant Granit Xhaka et Admir Mehmedi. Sur son premier arrêt, il a dévié une frappe sur sa transversale à la 14e, alors que tout le monde la voyait déjà au fond. Vingt minutes plus tard, le digne fils de son père Peter a réalisé une manchette parfaite, après une volée de l'ailier suisse, consécutive à une ouverture magnifique de Nico Elvedi.

Olà

Les Danois, eux, s'en sont remis au génie de Christian Eriksen et aux accélérations de Yussuf Poulsen. Les joueurs d'Åge Heirade ont eu toutes les peines du monde à enflammer un Parken de Copenhague qui n'attendait pourtant que ça. Les fans des «Danish Dynamites» ont donc décidé de se réchauffer tous seuls (la température descend vite, alors que le soleil se couche tôt, dans le coin) et de lancer une olà sur le premier corner des siens, aux alentours de la 23e minute

Sur les flancs d'une équipe finalement toujours assez jeune, Vladimir Petkovic a lancé dans la bataille les 174 sélections cumulées de Ricardo Rodriguez (68) et de Stephan Lichtsteiner (106). Ce dernier, qui a retrouvé son brassard de capitaine, a livré une partie exemplaire d'activité, malgré ses 35 printemps. Il n'a finalement pas pâti d'un carton jaune un peu bête, récolté pour un coup de coude après quelques secondes de jeu.

Coup de grâce

Rodriguez, lui, a distillé un amour de ballon à Mehmedi tout juste de retour des vestiaires. Mais l'ailier de Wolfsburg a trop enlevé sa frappe. Le latéral gauche a alors pris les choses en mains lui-même. Sur un service superbe de Haris Seferovic, il a décoché un boulet de canon à la 51e, que Schmeichel a encore une fois dévié sur sa transversale. Le héros du jour a encore été impeccable à la 95e, sur une tête d'un coéquipier.

Longtemps dominé, le Danemark ne pouvait pas ne pas réagir. Et comme l'avait prévu son coach, les «Vikings» avaient un vrai avantage dans le jeu aérien. Aux 54e et 55e minutes, Braithwaite et surtout Delaney auraient pu ouvrir le score de près. C'est finalement de Poulsen qu'est venue la décision. L'attaquant du RB Leipzig a été parfaitement lancé dans le dos des défenseurs suisses et a assuré le coup devant Yann Sommer. Le coup de grâce, donc.


Danemark - Suisse 1-0 (0-0)

Stade Parken, Copenhague: 35'964 spectateurs. Arbitre: Kulbakow (Blr).

But: 85e Poulsen (Eriksen) 1-0.

Danemark: Schmeichel; Dalsgaard, Christensen (87e Mathias Jörgensen), Kjaer, Stryger Larsen (80e Ankersen); Schöne (65e Höjbjerg), Delaney, Eriksen; Poulsen, Cornelius, Braithwaite.

Suisse: Sommer; Elvedi, Schär, Akanji; Xhaka; Lichtsteiner (68e Mbabu), Zakaria, Mehmedi (83e Freuler), Rodriguez (87e Drmic); Embolo, Seferovic.

Notes: Le Danemark sans Wind (blessé); la Suisse sans Shaqiri et Zuber (blessés). 14e Schmeichel dévie un tir Xhaka sur la transversale; 51e Schmeichel dévie un tir de Rodriguez sur la transversale.

Avertissements: 2e Lichtsteiner, 6e Poulsen, 36e Zakaria, 76e Rodriguez et 92e Dalsgaard.

Football

(nxp)