Super League

22 octobre 2013 22:58; Act: 22.10.2013 23:14 Print

Lausanne prend son temps

par Daniel Romano - Le président du club vaudois, Alain Joseph, dresse le portrait-robot de son prochain coach. Sans hâte.

storybild

Pour Alexandre Comisetti (à g.) et Alain Joseph, le maintien dans l’élite est encore possible. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le boss de la Pontaise a besoin de temps. Son téléphone a vibré toute la nuit après le départ de Laurent Roussey. Huit candidatures sérieuses sont arrivées, selon le président, qui doit prendre une décision capitale pour trouver celui qui sera capable de sauver ce club de la relégation. «C’est un bateau qui coule, admet Alain Joseph. Celui qui arrivera ici trouvera un chantier en briques où il faudra tout redessiner, tout replanifier.»

Le premier entraînement dirigé hier par Alexandre Comisetti, qui assure l’intérim, en était l’illustration: exercices simples, passes dans les pieds et contrôle du ballon, pour redonner confiance aux joueurs. «Ce ne sera pas une révolution, précise Comisetti, qui n’a pas hésité à interrompre la séance pour expliquer les erreurs commises par son équipe. J’ai des idées, mais c’est encore trop difficile et trop tôt pour faire une analyse à chaud. Maintenant, je ne pense qu’à la réception de Lucerne.»

L’ancien international ne possédant pas la licence pour entraîner en Super League, le club devra trouver une solution rapide. «Le prochain coach du LS sera un homme courageux, audacieux, capable de créer une dynamique qui n’existe pas cette saison, explique Alain Joseph. Le portait-robot que je dessine évolue d’heure en heure.» Aux dernières nouvelles, le club serait sur une piste suisse. Seul impératif: le nouveau coach doit parler français. Parmi les papables, Sébastien Fournier a préféré ne pas réagir.