Europa League

14 février 2019 20:08; Act: 14.02.2019 23:09 Print

Zurich impuissant face à Naples

par Tim Guillemin, Zurich - Le FCZ s’est nettement incliné (1-3) à domicile en 16es de l’Europa League. L’indice UEFA de la Suisse est en chute libre.

storybild

Benjamin Kololli a sauvé l'honneur sur penalty en fin de partie. (Photo: Keystone/Ennio Leanza)

Sur ce sujet
Une faute?

L’avant-match dans les rues de Zurich a été plus animé que la rencontre à proprement parler. La tension était en effet à son comble à proximité du Letzigrund dans l’après-midi, les policiers et les supporters échangeant quelques amabilités à coups de flash-ball d’un côté et de bouteilles de bière de l’autre. Sur le terrain, en revanche, le FC Zurich n’a pas pu répondre aux offensives du SSC Napoli, vainqueur tranquille d’une partie sans émotions.

Le FCZ avait pourtant réussi à enflammer ce même stade quelques semaines plus tôt en battant (3-2) le Bayer 04 Leverkusen au terme d’une partie formidable en phase de groupes d’Europa League. Mais ce jeudi en seizièmes de finale de cette même compétition, la furia zurichoise a été tout simplement éteinte par des Napolitains impressionnants de maîtrise. Ludovic Magnin avait décidé de «blinder» sa défense en présentant son équipe en 4-1-4-1, l’habituel défenseur central Umaru Bangura étant exceptionnellement invité à jouer milieu défensif. L’idée de l’entraîneur du FCZ était de tenir le 0-0 le plus longtemps possible. Une intention louable, mais qui n’a tenu que douze minutes, la faute à son gardien.

Yanick Brecher a en effet fait preuve d’un grand manque d’humilité en tentant de relancer court alors qu’il se trouvait sous la pression d’Arkadiusz Milik. Le Polonais lui a piqué le ballon et a pu servir Lorenzo Insigne, qui a marqué dans le but vide (12e, 0-1). Zurich, sonné, a encaissé le 0-2 à la 22e lorsque José Callejon a pu tromper Brecher au premier poteau à la suite d’un centre de Kevin Malcuit. Sur ce coup là non plus, le gardien du FCZ n’a pas fait bonne impression non plus. Il s’est un peu rattrapé en réalisant quelques belles parades en deuxième parade, mais le mal était largement fait.

Naples n’a dès lors plus fait que gérer, ne prenant aucun risque jusqu’à la fin du match. Vu que le FCZ ne pouvait tout simplement pas en faire plus face à une opposition aussi solide, la rencontre a sombré dans l’ennui. Même les performances vocales de la Südkurve, toujours impeccable de ferveur, n’ont pas su transcender les Zurichois, qui sont sortis du terrain logiquement battus. L’attaquant polonais Piotr Zielinski a inscrit le 0-3 d’une jolie frappe (77e) et l’affaire était définitivement pliée, même si Benjamin Kololli a inscrit le 1-3 d’une «panenka» audacieuse sur penalty à la 83e.

Cette défaite est de plus un énorme coup dur pour l’indice UEFA national, puisque la Suisse va dégringoler au-delà de la 15e place, qui représentait le «minimum vital». A moins d’un énorme exploit la semaine prochaine à Naples, il est désormais acquis que la Suisse sera 16e ou 17e. Les équipes classées au-delà de la 15e place n’ont plus droit qu’à un représentant en Champions League, qui doit passer trois tours pour participer à la phase de groupes. L’accession à la phase de groupes de l’Europa League ne sera elle plus assurée pour le vainqueur de la Coupe. Et le quatrième du championnat ne sera désormais plus européen. Bref, une véritable régression sportive, qui entrera en vigueur dès la saison 2020-2021. Il va falloir se reprendre dès la saison prochaine et espérer qu’un club comme Lucerne, s’il se qualifie, prenne enfin les compétitions européenes au sérieux.

FC Zurich – Società Sportiva Calcio Napoli 1-3 (0-2)
Letzigrund, 24’000 spectateurs (guichets fermés)
Arbitre: M. Mazic (Serbie)
Buts: 12e Insigne 0-1, 22e Callejon 0-2, 77e Zielinski 0-3, 83e Kololli, pen. 1-3
Avertissements: 24e Untersee (jeu dur), 59e H. Kryeziu (jeu dur), 73e Ghoulam (jeu dur), 79e Diawara (jeu dur), 82e Maksimovic (jeu dur), 90e Nef (jeu dur)
Notes: Zurich sans Rüegg, Pa Modou et Aliu (blessés). Naples sans Hamsik (transféré dans la journée).
Zurich, en blanc, en 4-1-4-1
Brecher; Untersee, Nef, Maxsö, Kharabadze; Bangura; Winter (67e Ceesay), H. Kryeziu, Domgjoni (46e Marchesano), Kololli; Odey (79e Khelifi).
Entraîneur: Ludovic Magnin
Naples, en bleu, en 4-3-3
Meret; Malcuit, Maksimovic, Koulibaly, Ghoulam (74e Luperto); Callejon, Allan (59e Diawara), Fabian Ruiz; Insigne (68e Ounas), Milik, Zielinski.
Entraîneur: Carlo Ancelotti.

Football

(mmor)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre Albert le 15.02.2019 02:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Logique

    Un niveau d'écart

  • Jean le 15.02.2019 08:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Zurich

    Naples n'est pas Xamax ou GC. On a vu une sacré différence de niveau. Mais il faut féliciter Zurich pour leur parcours européen. Il n'y a aucune honte à sortir en 16e face à Naples, contrairement à certains clubs suisses qui se sont faite sortir en juillet / août face à équipes faibles. On rappelle que Naples a mis en danger Liverpool et le PSG pour une qualification pour les 1/8 de finale de la ligue des champions...

  • Olivier le 15.02.2019 06:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réaliste

    La suisse est à sa place au classement. Celui ci reflète plus le niveau réel du football helvétique.

Les derniers commentaires

  • Mary Schnariflet le 15.02.2019 12:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bof bof

    Franchement déçu, ils ont joués avec les chocottes nos Zurichois et que dire du gardien... soirée gag

  • Antonio le 15.02.2019 10:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le ridicule ne tue pas

    C'est qui ces comiques qui jouais contre Napoli ?

  • Jean le 15.02.2019 08:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Zurich

    Naples n'est pas Xamax ou GC. On a vu une sacré différence de niveau. Mais il faut féliciter Zurich pour leur parcours européen. Il n'y a aucune honte à sortir en 16e face à Naples, contrairement à certains clubs suisses qui se sont faite sortir en juillet / août face à équipes faibles. On rappelle que Naples a mis en danger Liverpool et le PSG pour une qualification pour les 1/8 de finale de la ligue des champions...

  • Pablo le 15.02.2019 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    4-1-4-1 ?

    Jouer le 0-0 c'est la plus grande faute professionnelle qu'un coach puisse faire, jouer le nul c'est déjà admettre de subir tout le match sans bousculer l'adversaire, contre Naples il aurait fallu les presser haut et sortes à ce qu'ils se sentent agressés et un minimum déstabilisé... mais bon, Naple reste de toute façon beaucoup plus fort mais coaching à revoir..

  • juventino le 15.02.2019 07:45 Report dénoncer ce commentaire

    et passer

    zurich peut gagner au san paolo